Brabant Les pharmaciens peinent à trouver des assistants techniques compétents.

Depuis quelques années, on observe une véritable multiplication du nombre de pharmacies en Brabant wallon. Alors qu’elles n’étaient encore qu’une centaine il y a quinze ans, on compte aujourd’hui pas moins de 147 officines installées dans la Jeune Province. Leur chiffre ne devrait toutefois plus beaucoup augmenter : l’arrêté royal du 25 septembre 1974 prévoit un quota maximal de pharmacies dans une commune.

Mais les pharmaciens ont su contourner ce règlement. Et alors que l’on ne pourrait compter que dix pharmacies au maximum sur le territoire de Wavre, par exemple, pas moins de 13 établissements y sont installés. Si la pharmacie la plus proche est située à plus d’un kilomètre et que celle projetée couvre les besoins d’au moins 2 500 personnes, une nouvelle pharmacie peut être implantée.

Une section spécifique

Reprenons le cas de Wavre : sur les 13 établissements installés sur le territoire communal, la grande majorité se retrouve en plein centre-ville alors que l’on n’en compte que deux à Wavre et une seule à Bierges… D’autres pourraient donc voir le jour, dans un futur proche, dans ces deux villages.

Autant de pharmacies alors même que l’on souffrirait d’une pénurie d’assistants pharmaceutico-techniques. Une étude a été menée auprès des pharmacies du Brabant wallon en octobre 2017 et elle a permis de confirmer cette pénurie. "Dans les faits, cela signifie qu’il n’y a pas suffisamment de candidats sur le marché et que peu de postulants correspondent à la demande des pharmacies et des hôpitaux en termes de connaissance, savoir-faire et savoir-être", précise-t-on à la Province du Brabant wallon.

En d’autres termes : alors que de plus en plus de pharmacies ouvrent leurs gérants ont du mal à trouver des assistants compétents. "L’une des causes de cette pénurie spécifique au Brabant wallon est qu’aucune formation n’existe dans ce domaine dans la Province, que ce soit dans l’enseignement de plein exercice ou de Promotion sociale. Seuls l’enseignement ordinaire (technique de qualification) et l’enseignement de promotion sociale proposent une formation permettant l’accès au métier."

La Province du Brabant wallon a donc décidé d’y remédier en créant une section spécifique au sein de l’Institut provincial de formation continuée (IPFC).

La première formation débutera en janvier prochain pour se terminer en mars 2020, à raison de 4 à 5 jours par semaine et de trois stages en pharmacie. Une vingtaine de places sont disponibles pour cette première année de formation.

© DR