Le nouveau complexe pour seniors s’approche de son ouverture officielle.

Le compte à rebours est lancé pour le Val d’Orbais à Perwez. Dans 200 jours, le nouveau complexe pour les seniors ouvrira officiellement ses portes. Bientôt, ce sont donc près de 120 personnes qui pourront être accueillies selon une tarification sociale et dans des conditions optimales, tant en maison de repos qu’en résidence services. "La philosophie du Val d’Orbais peut se résumer sous le sigle des cinq E : économie, entraide, environnement, emploi et exemple ", sourit André Antoine, président du Parlement wallon et ancien bourgmestre de Perwez à la base du projet.

Initié en 2012, le Val d’Orbais est tout simplement le plus gros chantier de l’histoire de la commune pour un montant total de 18 millions d’euros dont 16,6 millions pour le bâtiment et deux pour l’équipement. "Pourtant, la commune n’a pas dû intervenir financièrement dans le projet, porté en collaboration avec le CPAS et l’ASBL MMI qui apporte une participation financière et une expertise incontestable." De plus, d’importants subsides régionaux (9,48 millions) et provinciaux (un million) ont été perçus. "Sans oublier qu’un projet d’extension de la MR (S), estimé à 3,2 millions d’euros, permettra à l’avenir de porter la capacité totale du site à 150 personnes avec 36 lits supplémentaires."

Concrètement, 99 lits seront disponibles au sein de la maison de repos et de soins, dont 8 en chambre double et 16 en court-séjour. Ces lits court-séjour permettront aux personnes d’être accueillies au maximum trois mois par année civile. "Ils pourront par exemple y passer une période de convalescence après une opération, offrir à leurs proches un peu de répit ou encore préparer une éventuelle entrée plus durable en maison de repos", ajoute André Antoine. Quant à la résidence service, elle proposera 20 appartements dont 16 à une chambre et 4 à deux chambres.

Mais le Val d’Orbais entend également être un endroit convivial. "Lors de la précédente législature, la commune a décidé de transformer plus de la moitié de la parcelle concernée en zone verte, ce qui implique que cet espace demeurera non constructible. De plus, le bâtiment a été conçu selon les normes énergétiques les plus exigeantes et consommera très peu d’énergie", conclut l’ancien maïeur.

Sans aucun doute, le Val d’Orbais aura des retombées positives sur la vie locale et certains partenariats ont même déjà été noués. Il ne reste plus qu’à attendre la fin des travaux et l’entrée des nouveaux pensionnaires.