André Antoine a interpellé le ministre Philippe Henry sur la question du contournement de Perwez.

Ça continue. Après avoir envoyé une lettre ouverte aux ministres, André Antoine est intervenu au Parlement de Wallonie ce lundi après-midi. Et fort logiquement, il a à nouveau questionné le ministre Henry concernant l’avenir du contournement de Perwez. "Il nous a répondu qu’il sera attentif aux routes qui font l’objet d’une étude de mobilité, ce qui est le cas de Perwez mais il a également précisé qu’une priorité serait donnée aux routes qui desservent une gare ou une zone d’activités économiques, ce qui est encore le cas ici" , explique l’ancien maïeur de Perwez.

Et d’arriver au constat qui fâche : le coût des travaux ! "J’ai demandé au ministre Henry ce que représentaient les travaux déjà réalisés et on arrive à une enveloppe de près de 2millions d’euros." Mais ce n’est pas tout. "La pause qui est demandée aura aussi des conséquences. Il faudrait payer une indemnité de 440 000euros à l’entreprise et cela pourrait grimper à 500 000euros pour rupture de contrat. Quant aux frais de justice, ils se chiffrent à près de 100 000euros. Donc si l’on fait cette pause, on pourrait arriver à 2,8millionsd’euros dépensés pour rien, sans résoudre les problèmes de mobilité à Perwez."

André Antoine ajoute également que les agriculteurs lésés par ces travaux vont percevoir une indemnité record. "Pour les sept hectares qui sont mobilisés, le juge de paix a octroyé une indemnité de 1,3million d’euros ce qui est du jamais vu pour une telle superficie."

Le ministre de son côté, ajoute que c’est l’intercommunale du Brabant wallon qui a autorisé ces travaux et qui est maître d’ouvrage dans ce dossier. Il précise aussi que des aménagements ont été réalisés ou sont en cours (à la sortie d’autoroute et au giratoire dit de la Ville de Wavre) et que de nouvelles observations seront effectuées par son bureau afin de ne pas prendre une décision hâtive dans ce dossier.