La plateforme citoyenne éoliennes déplore la manière d’agir d’Engie Electrabel.

Le 20 février 2019, la société Engie Electrabel venait à Rebecq pour présenter son projet de construction d’un parc éolien lors d’une réunion d’information préalable. Un projet qui porte sur l’implantation de trois éoliennes industrielles de 180 mètres de hauteur et d’une puissance de 3,2 à 4 MW. Selon le planning présenté lors de cette réunion d’information, l’étude des incidences environnementales débutait au mois de février 2019 alors que l’enquête publique était prévue au cours des 2e et 3e trimestres 2019.

Mais depuis, silence radio. Les riverains n’ont plus reçu de nouvelles concernant l’avancée de ce projet qu’ils craignent particulièrement. "Malgré plusieurs courriers et rappels ou encore une mise en demeure de plusieurs riverains proches, nous n’avons reçu aucune nouvelle substantielle du promoteur", déplore Caroline De Vos, membre de la plateforme citoyenne éoliennes de Rebecq.

En revanche, en observant le planning, la plateforme a fait une découverte étonnante. "On a constaté que le planning qui se trouvait sur le site d’Engie Electrabel a disparu. On ne sait pas ce que cela signifie. On est dans le flou le plus complet. Le promoteur s’était engagé à impliquer les riverains, à être transparent… Plein de belles promesses pour nous tenir au courant mais rien de tout cela n’a été mis en œuvre."

Pour Caroline De Vos, Engie-Electrabel ne se soucie pas du tout des riverains. "Il y a un flagrant déni des préoccupations légitimes des riverains, continue-t-elle. La maison la plus proche se trouve à une distance d’à peine 400 mètres, ce qui n’est même pas certain, et qui est aussi la distance minimale pour les maisons isolées. Nous demandons qu’Engie Electrabel informe au plus vite les citoyens sur l’état d’avancement précis du projet et qu’il apporte des réponses claires aux multiples questions posées par les riverains. Vu l’ampleur de ce projet et son impact à craindre sur la santé, le cadre de vie local et le patrimoine naturel et paysager, l’attitude d’Engie laissant les citoyens dans une telle incertitude fait preuve d’un manque de respect total de leurs préoccupations légitimes."