Le groupe Thomas & Piron ne lâchera pas si facilement le terrain de la rue Ernest Laurent à Braine-l’Alleud. Pour rappel, le collège communal refusait l’ouverture de la voirie lors du dernier conseil de 2020. Le projet immobilier prévoyait alors 51 appartements répartis sur 4 immeubles, entre la rue Ernest Laurent et l’avenue de la Garde Impériale. Le collège justifiait son refus par la densité trop importante du projet sur le terrain visé, et il était appuyé par les réclamations et les pétitions des riverains.

Olivier Xhonneux, le directeur adjoint chez Thomas & Piron dit avoir été surpris par la décision de la commune mais veut favoriser la médiation. "Nous ne comptons pas faire de recours contre cette décision. Nous préférons reprendre contact avec la commune, mettre les choses à plat avec eux et potentiellement adapter le projet ", explique-t-il.

Selon lui, il n’y a pas de raison de ne pas urbaniser cet endroit. "Si on allait en recours contre la commune maintenant, on aurait gain de cause pour la voirie." Le directeur adjoint estime que c’est le permis d’urbanisme qui pose problème et non celui de l’ouverture de voirie. Il souhaite privilégier les discussions avec les riverains sur une éventuelle adaptation du projet qui puisse satisfaire tout le monde. Mais il sait que ce ne sera pas gagné. "Le projet ne conviendra jamais aux habitants, on le sait. Mais à un moment donné, nous, on doit bien avancer ", ajoute-t-il.

Eric Vasanne, l’un des riverains opposés au projet, est ravi que l’entreprise Thomas & Piron ait décidé de ne pas faire de recours. "C’est une excellente chose et nous sommes évidemment ouverts aux futures discussions avec eux", explique-t-il. Selon lui, les riverains n’auront pas d’objection à une nouvelle logique de construction, si elle est raisonnable. "C’est sûr que j’aurais espéré vivre à côté d’une prairie plus longtemps, mais je comprends que le terrain soit intéressant pour les promoteurs." Reste à voir quand et dans quelle mesure auront lieu les futures négociations entre Thomas & Piron, la commune et les riverains.