La création de la voirie de substitution a été approuvée mais elle serait reprise dans les projets de routes abandonnés par la Région.
On savait que le conseil communal de ce jeudi soir serait tendu à Rebecq. À l’ordre du jour, le point reporté lors de la dernière séance concernant la décision de l’ouverture de voirie communale pour Sagrex. L’exploitant de la carrière de Quenast a introduit en mars dernier une demande de permis d’urbanisme pour déplacer la drève Léon Jacques de l’autre côté de la fosse d’extraction en vue d’étendre cette dernière.

Il s’agissait donc pour les conseillers de se positionner par rapport à cette voirie de substitution, baptisée "route de Montagne". Route qui déchaîne les passions depuis des mois, les habitants craignant les nuisances sonores et visuelles de cette route.

Finalement, l’ouverture de voirie a été approuvée après un vote majorité contre opposition . Mais ce qu’il est important de souligner, c’est qu’un nouvel élément est arrivé peu de temps avant le conseil (50 minutes pour être précis) et elle pourrait bien changer la donne.

Il y a quelques jours, le gouvernement wallon voulait abandonner six projets d’autoroutes , en faveur de la mobilité douce. Parmi ces projets figurait celui de… Rebecq, à la grande surprise du député wallon et ancien bourgmestre Dimitri Legasse. Celui-ci avouait ne pas vraiment savoir de quelle autoroute il s’agissait, évoquant ce vieux projet de liaison entre le R0 à Haut-Ittre à l’A8 à Quenestine. Certains se sont alors demandé s’il n’était pas plutôt question de la fameuse route de Montagne.

© Google

Pour en avoir le cœur net , le comité de quartier de Quenast "Le Pavé" a contacté le ministre de la Mobilité Philippe Henry (Ecolo). Et surprise : dans sa réponse communiquée jeudi soir, celui-ci a précisé qu’il s’agissait du projet de liaison entre la N6 et l’A8 via la route Industrielle , tel que repris dans le Plan Infrastructures 2019-2024. Or cela correspond au tracé de la route de Montagne, qui serait dans le prolongement de la route Industrielle. Pourtant, cette voirie n’a rien d’une autoroute... On devrait y voir plus clair ce lundi, le Tubizien Laurent Heyvaert ayant inscrit à l’ordre du jour une question sur le sujet en commission de la mobilité.

Le comité de quartier en recours

Et si le ministre disait bel et bien "non" à la route de Montagne comme il semble l’indiquer dans sa réponse au comité de quartier quenastois ? Même si la commune vient d’approuver l’ouverture de voirie à Sagrex, on peut supposer que la fonctionnaire déléguée, qui a 130 jours pour se prononcer sur la demande de permis, suivra le stop béton de la Région.

Le député Dimitri Legasse a émis l’hypothèse que la voirie de substitution pourrait faire partie des exceptions prévues pour les barreaux autoroutiers qui permettent de rejoindre une zone d’activité économique. Pas sûr que l’hypothétique ZAE à proximité de la N6 soit un argument suffisant auprès du ministre pour accepter la création de la route de Montagne…

Ce qui est certain, c’est que "Le Pavé" a déjà annoncé qu’il introduirait un recours auprès de la Région wallonne qui aura alors 60 jours pour statuer.