Jérôme Thiry est kinésithérapeute-ostéopathe dans une école pour élèves atteints de déficience mentale à Boitsfort. Hier, sur le coup de 13 h, il était sans doute l’un des plus heureux. L’homme, âgé de 35 ans, a en effet réussi le pari fou de participer aux 24 heures vélo, seul !

Celui qui a participé, en juin, au triathlon de Nice affichait un large sourire, bien qu’exténué, sur la ligne d’arrivée. "Je suis vraiment heureux d’être arrivé au bout de cette aventure, expliquait-il, à chaud. Passer 24 heures sur un vélo, c’est long, très long. Mais j’ai essayé de ne pas trop penser aux heures pour rallier l’arrivée."

Le triathlète qui exerce aussi sa profession à Blanmont s’était préparé physiquement et psychologiquement à cette expérience. "Physiquement, ça allait. Les jambes ont tenu le coup et je n’ai pas eu trop de pépins. Par contre, mentalement, c’était dur. Surtout après neuf heures de courses, quand la pluie tombe et qu’il fait nuit. Mais j’ai été encouragé par mes proches. J’étais déterminé et je ne me suis pas découragé. Il fallait terminer la course."

Jérôme Thiry a roulé tout le temps, ou presque. "Je ne m’arrêtais que pour manger et aller aux toilettes. Toutes les trois heures au début pour manger. Dix minutes, pas plus, car il ne fallait pas que les muscles se refroidissent. Après, je m’arrêtais toutes les deux heures."

Peu importe le nombre de tours parcourus : Jérôme roulait pour Cap 48, via un système de parrainage. "C’est une des motivations qui m’a fait tenir. Maintenant, on va ranger le matériel et se reposer car, demain (NdlR : ce vendredi) , il y a une longue journée de boulot qui m’attend."