Au total, 12 ouvrages ont été aménagés pour lutter contre les inondations.

C’est l’ouvrage le plus impressionnant construit depuis les dernières inondations de la région survenues à deux reprises en juin 2016. Rue de Sart, à Court-Saint-Étienne, une immense zone d’immersion temporaire (ZIT) a été construite aux abords de la Thyle. Le but : retenir près de 170 000 m³ d’eau et éviter à nouveau des inondations. Car à l’époque, souvenez-vous, la Dyle était sortie de son lit, submergeant d’eau la rue des Combattants et la rue du Pont de Pierre à Court-Saint-Étienne. Depuis, les autorités locales, provinciales et régionales avaient pris le problème à bras-le-corps, promettant de mettre en place toute une série d’ouvrages pour éviter à nouveau la catastrophe.

Hier, nous avons pu constater ce résultat. Par un froid de canard, Renaud Monteyne, conseiller en environnement à Court-Saint-Étienne, nous a emmenés sous le pont de la N25 et à deux pas de la ligne de chemin de fer, sur les berges de la Thyle. "L’idée de ce genre de pont-levis est de maintenir la Dyle à un niveau raisonnable, explique-t-il. Ici, dans cette plaine, on peut retenir la crue pendant une dizaine d’heures. L’eau peut monter jusqu’à deux mètres de haut sur une surface de 10 hectares ." À cet endroit, on peut retenir 170 000 m³ d’eau, soit l’équivalent de 70 piscines olympiques !

" Tout est informatisé, enchaîne son collègue Jean-Luc Biermez, responsable du service des cours d’eau non navigables en Brabant wallon. Une sonde calcule le débit de l’eau. Si la sonde enregistre un débit de plus de 4 m³ par seconde, le pont-levis se lève pour ne laisser passer que 4 m³ secondes ."

Ce type d’infrastructure a déjà fonctionné en décembre 2017. Certes, les deux épisodes pluvieux vécus à cette période n’avaient rien à envier aux inondations catastrophiques de juin 2016. Mais ces ouvrages et aménagements réalisés aux abords de ce petit cours d’eau ont démontré l’hiver dernier leur efficacité.

Au total, douze ouvrages ont été aménagés pour lutter contre les conséquences des inondations à Court-Saint-Étienne, Villers-la-Ville, Genappe, Wavre, Ottignies et Grez-Doiceau.