Le réseau social Hoplr compte déjà 1 250 inscrits à Waterloo.

Les habitants de Waterloo peuvent, depuis deux semaines, rejoindre le réseau social citoyen Hoplr. Un réseau social citoyen ? "Une plateforme où les gens peuvent parler entre eux, par quartier" , explique Alain Schlösser, échevin de la Cohésion sociale et à l’origine de l’arrivée de cet outil dans la commune. "Ce n’est pas tout Waterloo qui sait ce qu’il se passe, c’est le quartier qui sait que, dans sa rue, on cherche une baby-sitter, ou quelqu’un voudrait qu’on l’aide à faire des courses, par exemple. C’est une dimension sociale qu’il n’y a pas dans les autres réseaux sociaux."

Hoplr, disponible sur ordinateur et sur smartphones et tablettes, fonctionne donc avant tout comme un moyen de communiquer entre habitants d’un même quartier, de s’échanger des informations ou demander des services. En bref : de renforcer la vie du quartier. Mais pas seulement. "La commune ne saura jamais ce qui est dit lorsque les citoyens discutent entre eux, sauf s’ils le décident. Ils pourront alors nous contacter, via un bouton intégré à la plateforme , précise Alain Schlösser. Cela peut très bien être des questions du type "Quand va être refait le trottoir devant chez moi ?" ou "Les poubelles ne sont pas passées", par exemple."

La communication sera également descendante, avec la possibilité pour la commune de transmettre des informations ciblées par quartier, ou de sonder les membres de ce réseau social des voisins sur diverses questions.

Le lancement a connu des débuts réussis avec, déjà, à peu près 1 250 utilisateurs. "Un démarrage inattendu", concède l’échevin, qui précise que les coûts d’inscription des citoyens sont pris en charge par la commune.

Une réunion d’information se tiendra le 13 février à 20 h à la maison communale afin de présenter l’outil plus en détails.