Déjà bien connu de la police de Waterloo et de la justice du Brabant wallon, un habitant de Waterloo né en 1991 n’est pas venu s’expliquer, en septembre, alors qu’il était une fois de plus convoqué devant le tribunal correctionnel. On lui reprochait plusieurs scènes violentes lors de différends avec sa compagne.

Le 31 mars 2020, il l’avait jetée sur un canapé puis étranglée et le 2 avril, rentrant en début de soirée, il a recommencé son manège en détruisant son GSM, avant de l’empoigner par les cheveux et de la traîner au sol. La police a été appelée sur place et le gaillard a fait mine de se calmer. Mais une fois les agents partis, il s’est à nouveau énervé et a menacé la victime d’une manière effrayante.

"Je vais t’ouvrir le crâne et je me baignerai dans ton sang", lui a-t-il promis.

Le 18 juin, c’est à la clinique de Braine-l’Alleud, où la Waterlootoise avait été admise, que les policiers ont été appelés. Ivre, le violent avait une nouvelle fois jeté sa compagne au sol, et l’avait obligée… à avaler sa bague de fiançailles !

Il l’a ensuite saisie par le cou et a serré jusqu’au moment où, pour ne pas mourir, la victime a fait semblant de ne plus réagir. L’homme a alors appelé une ambulance…

Le tribunal vient de rendre son jugement, dans lequel est soulignée la particulière gravité des faits commis par le prévenu en récidive. Par défaut, celui-ci se voit infliger une peine de quinze mois d’emprisonnement ferme, ainsi qu’une amende de 800 euros.