Pas moins de sept braquages ont été comptabilisés depuis le début du mois de janvier.

Deux ou trois hommes cagoulés et armés pénètrent dans le magasin en fin de journée, peu avant la fermeture, pour menacer les caissières et s'enfuir avec de l'argent. Ce scénario se répète depuis plusieurs semaines du côté de Braine-le-Comte et de Tubize, sa commune voisine. Encore ce mardi soir, trois individus ont commis un braquage au supermarché Match de Braine-le-Comte , soit cinq jours après celui du magasin Carrefour Market.

Le modus operandi de ces deux faits était d'ailleurs très semblable. Vers 18h15 (19h30 pour le Carrefour), les trois braqueurs (deux pour le Carrefour) armés et cagoulés se sont fait remettre l'argent de la caisse. "Il est clair qu'on ne peut s'empêcher de faire un lien avec le braquage de la semaine dernière", commente le commissaire Jean-Claude Paul. " Il est encore tôt pour l'affirmer mais certains éléments sont similaires. L'enquête tentera de déterminer s'il s'agit des mêmes auteurs."

Contrôles policiers renforcés

Du côté de Tubize, cinq faits similaires ont été recensés depuis le début de l'année 2020. Le Carrefour Market de la rue de la Déportation a été visé à deux reprises, celui de la rue Bailli une fois, le magasin Trafic également et une pharmacie a aussi été braquée. La zone de police Ouest Brabant a donc décidé de renforcer la présence policière sur le terrain.

" Nous sommes aussi très attentifs dans notre zone de la Haute Senne" , assure le commissaire Paul . "Nous passerons encore plus régulièrement dans les parkings, notamment en fin d'après-midi, et nous faisons de la prévention spécialement dans ce cadre-là." C'est d'ailleurs ce qui a permis d'avorter le braquage du Carrefour Market jeudi dernier puisque les malfrats ont pris la fuite à la vue des policiers, en abandonnant leur butin derrière le magasin.

"Prévenir en cas de comportement suspect"

Ce même Carrefour Market a d'ores et déjà décidé de placer un agent de sécurité à l'entrée du magasin. "Les gens qui fréquentent les citoyens ne doivent pas hésiter à prendre contact avec la police s'ils aperçoivent des comportements suspects autour des grandes surfaces", signale Maxime Daye, bourgmestre de Braine-le-Comte . "Tout élément complémentaire pouvant servir à l'enquête est évidemment le bienvenu."

Reste désormais à tenter d'élucider et de stopper cette vague de braquages. "L'enquête avance. Les services d'enquêtes et de recherche sont à pied d'oeuvre et collaborent avec la zone Ouest Brabant qui connaît le même problème. Nous sommes face à une bande qui est visiblement la même pour ces différents faits. Mais il ne faut certainement pas paniquer."

"Nous visionnons les images de caméras de surveillance" , explique de son côté le commissaire Paul . "Il est certain que les enquêtes vont se croiser avec la police de la zone Ouest Brabant. En 2019, le nombre de vols de ce type était en baisse par rapport à 2018 donc nous voulons continuer dans ce sens."