Le Quartier des Arts réagit à la chute d’un mur de la première enceinte à la rue des Alexiens.

Dans la nuit du 17 au 18 novembre, un long pan de la première enceinte de Bruxelles s’est effondré dans la cour d’une école à la rue des Alexiens. L’incident n’a pas fait de victimes mais l’étendue du désastre devrait faire réfléchir les responsables de la ville et de la Région. Des travaux étaient en cours au pied de ce monument fragile mais sans qu’on ait pris toutes les précautions.

Une bonne copie mais plus qu’une copie…

De quoi mobiliser le Quartier des Arts, le premier comité de quartier de Bruxelles… Il souhaite que toute la lumière soit faite sur la cause de ce dommage irréparable. Il insiste pour qu’une réflexion s’entame pour savoir si une reconstruction s’impose. Car même reconstruit avec les bons matériaux, les bons mortiers et les bonnes techniques, ce ne sera plus le mur d’origine, mais une copie…

Michel Didisheim, ancien président du comité exécutif du Quartier des Arts s’est d’emblée remémoré deux événements semblables : "La sauvegarde du mur écroulé fut un de nos premiers combats. La Ville voulait le faire abattre pour faire place à l’actuelle école. On l’empêcha heureusement. Plus tard, un pan de mur s’écroula, disons accidentellement, lors de la construction d’un hôtel rue du Fossé-aux-Loups. Sa reconstruction imposée à l’entrepreneur fut un malheureux pastiche qui releva plus de la déco de l’hôtel que d’un monument historique. La première enceinte de Bruxelles est la plus vieille construction encore visible de Bruxelles. Elle a été édifiée en plusieurs dizaines d’années, au XIIIe siècle, par Henri Ier de Brabant. Moins de 200 ans plus tard, la Ville fit construire une seconde enceinte à l’emplacement de la petite ceinture qu’on démantela au début du XIXe siècle. Mais il n’y a jamais eu de décision de démolir la première enceinte qui s’est trouvée progressivement incluse dans des constructions privées."