Brabant Nivelles Sara, Ophélie et Adrien ont découvert le studio d’où ils assureront le direct.

Viva for Life édition 2018, c’est (presque) parti ! Ceux qui sont passés par Nivelles et son marché de Noël ce week-end ont pu découvrir les impressionnantes installations de la RTBF, et les derniers tests techniques auxquels se livrent les équipes.

Le cube de verre, le podium, la tour de régie, les modules pour abriter la technique, tout est prêt. Et les animateurs Sara de Paduwa, Ophélie Fontana et Adrien Devyver ont eux aussi fait connaissance, hier soir, avec l’endroit d’où ils assureront six jours et six nuits de direct.

On pouvait aussi croiser Walid, Anne-Laure Macq ou encore Fanny Jandrain dimanche, en soirée, au cœur de la cité des Aclots. Et pour cause : tous seront sur le pont ce lundi et les trois animateurs seront enfermés ce soir peu après 20 h par le parrain de l’opération, l’acteur et réalisateur François Damien.

Ce ne sera pas une première pour Ophélie Fontana et Sara De Paduwa, déjà présentes lors de l’opération de l’an dernier. "Je suis impatiente de retrouver les Nivellois. L’année dernière, nous avons passé une semaine incroyable : c’était top !", glisse la première.

Sara De Paduwa , elle, parle carrément d’un "retour à la maison" en entrant dans le cube. "Je suis excitée d’y être, et j’espère qu’on fera encore beaucoup mieux que l’an dernier", affirme-t-elle en confirmant l’impatience de toute l’équipe.

Et Adrien Devyver, le petit nouveau ? Il a découvert hier l’espace "très confiné" des chambres réservées aux occupants du cube, et souriait en confessant qu’il allait retirer de sa valise une bonne partie de ce qu’il comptait emporter, vu l’espace réduit. "Pour le reste, je connais l’opération, je sais comment ça fonctionne, précisait-il. S’il y a une appréhension, elle est uniquement positive : je suis impatient de donner ma touche à l’émission, de retrouver tous ceux qui nous assistent 24 heures sur 24 et qui sont des potes de travail…"

Reste à tenir la distance, sans manger de nourriture solide durant toute la période et en assurant une tranche de nuit en direct. "Être enfermé six jours et six nuits, c’est peut-être long, mais c’est très relatif par rapport aux difficultés quotidiennes de ceux que nous voulons aider, nous répond l’animateur. On va tout donner pour eux. Quant à la préparation, j’ai vraiment laissé de côté toute projection sur ce qui se passera dans le cube : ce sera donc de la totale spontanéité."