Lors du dernier conseil communal, un point à l’ordre du jour avait trait au marché passé par la commune pour la gestion de ses 130 espaces verts et ronds-points.

Si le point a été accepté, il a néanmoins suscité quelques interrogations dans le chef de l’opposition, à l’image de Daniel Conrath (PS). "Je suis surpris de voir un montant de 360 000 euros pour six mois d’entretien des espaces verts et ronds-points de la commune, commente le socialiste. De plus, on a encore une fois fait appel à des personnes extérieures à la commune. C’est un montant considérable et quand je vois qu’on se lamente d’une diminution des dotations du Fonds des communes, je ne comprends pas comment on peut passer un tel marché."

Côté Ecolo, le point aurait dû être retiré de l’ordre du jour. "Il n’y a aucune explication du nombre de tontes prévues, lance Bénédicte Colla. Sur la plaine en face de chez moi, ils sont censés passer 21 fois et ils ne sont passés… que sept fois !"

Avant une alternative

Des interpellations entendues par Florence Reuter qui ne s’y est pas montrée opposée. "Je suis d’accord avec vous. Notre volonté est de trouver une alternative mais pour avoir le temps de le faire, nous avons lancé un marché pour six mois, explique la bourgmestre. Ce que je voulais éviter, c’est une période où d’un coup, les espaces verts et les ronds-points de Waterloo ne sont plus entretenus. Il faut une période de transition afin, par exemple, de calculer le nombre d’hommes qu’il faudrait pour entretenir les 130 espaces verts. Ensuite, nous ferons la balance et nous prendrons la meilleure décision", conclut Florence Reuter.J.Br.