Brabant

Le Smur de Braine-l’Alleud est en déplacement, à la demande du Centre 100 de Mons, il est donc indisponible."

C’est l’un des messages transmis par Philippe Van Houte, alias ON5PV, assisté par le Wavrien Patrick Mertens, alias ON4NY. Ces deux radioamateurs passionnés et dotés d’une licence étaient installés à la caserne des pompiers de Wavre, vendredi en fin d’après-midi, dans le cadre d’un exercice réseau de secours des radioamateurs.

Concrètement, les deux radioamateurs étaient chargés d’entrer en contact avec une vingtaine de leurs homologues dispersés chez les pompiers de Jodoigne, de Nivelles, dans les Centre 100 (Mons, Bruxelles), aux postes ambulanciers (Marbais, Céroux-Mousty…) ou encore dans les centres de crise. Des infrastructures qui devront communiquer entre elles, en cas de coupure d’électricité à grande échelle.

Si la menace de pénurie s’éloigne avec l’arrivée du printemps, l’exercice visait à faire se rencontrer les membres du réseau radio de secours et les urgentistes, tester la qualité des transmissions radio, mais aussi permettre à tous les intervenants de se familiariser avec la mise en œuvre des moyens radios (émetteurs, récepteurs, antennes, câblages…) déployés en cas de situation d’urgence réelle.

Vendredi après-midi, 40 radioamateurs étaient donc déployés sur 23 sites, dont au service incendie de Wavre.

"Nous travaillons toujours en binôme, pour qu’il y ait toujours une présence à la radio quoi qu’il arrive, explique le Wavrien Patrick Mertens. Mais aussi parce qu’on ne sait pas combien de temps durera la situation de crise. En cas de délestage, nous sommes directement sollicités par SMS et la consigne est de se rendre le plus rapidement possible ici. Le matériel déployé ? C’est notre matériel personnel. Être radioamateur, c’est un hobby que nous mettons au service de la population et de sa sécurité quand il le faut."

Ça a déjà été le cas précédemment. "Les radioamateurs ont collaboré avec la Croix-Rouge, notamment lors de la catastrophe du Heysel en 85, lors du naufrage intervenu au large de Zeebruges en 87 ou encore lors des importantes inondations aux abords de la Meuse en 93-94", rappelle Claude van Pottelsberghe de la Potterie, le président de l’UBA (Union belge des amateurs-émetteurs).