La cour de l'institut Saint-Vincent, à Anderlecht, est bien vide ce vendredi midi. Quelques parents attendent leur enfant dans l'entrée. Plus loin, des institutrices se demandent quoi faire de deux élèves qui assurent pouvoir rentrer chez eux mais qui n'ont pas de mot pour confirmer leurs dires. A l'étage, la secrétaire de l'école est débordée.  Elle est interpellée par une enseignante tandis que son téléphone ne cesse de sonner. 

Et pour cause : une institutrice a contracté le coronavirus. Elle souffre notamment d'un rhume et de courbatures. "Elle était présente à la réunion d'information organisée pour les maternelles. Par mesure de précaution, toutes les enseignantes maternelles ainsi que leurs élèves sont placés en quarantaine jusqu'au 11 septembre", explique Isabelle Leboutte. Au total, 120 élèves sont concernés, ainsi que la directrice de l'établissement, également présente lors de la séance d'information. "Elle m'a téléphoné hier pour me demander de gérer la situation en son absence. Quelques parents nous ont fait par de leurs inquiétudes mais on essaie de les rassurer au mieux."

Les parents des enfants concernés ont été informés de la situation. La direction de l'institut les invite à garder leurs enfants chez eux. Une garderie est cependant organisée pour les parents qui travaillent. Quant aux élèves de primaires, ils n'ont pas été en contact avec l'enseignante contaminée et peuvent donc suivre les cours normalement. "Pour respecter les bulles, chaque institutrice reste avec ses élèves, y compris sur le temps de midi."

A la sortie de l'école, les mamans ont récupéré leur enfant et se disent assez sereines. "L'institut nous a rapidement prévenues de la situation et a bien géré les choses. J'ai un enfant en primaire, l'autre en maternelles donc il reste avec moi cette semaine. On s'attendait à ce que ça arrive à un moment donné, je ne suis pas inquiète pour la suite."