Contrat "historique" pour la Stib

En forme de petit pied de nez au salon de l'auto présent à Bruxelles jusque fin janvier, la Société des Transports intercommunaux de Bruxelles (Stib) a tenu à démontrer qu'elle avait le vent en poupe :

Raphaël Meulders

En forme de petit pied de nez au salon de l'auto présent à Bruxelles jusque fin janvier, la Société des Transports intercommunaux de Bruxelles (Stib) a tenu à démontrer qu'elle avait le vent en poupe : "En 8 ans nous avons enregistré une croissance de 70 pc du nombre de voyages effectués, un fait rarissime en Europe", explique fièrement son directeur-général, Alain Flausch. Pour répondre à cette demande croissante, la Stib a décidé de mettre les petits plats dans les grands en commandant 102 nouveaux trams de type "Flexity Outlook" (T3000 et T4000) à la firme québécoise Bombardier. Ceux-ci se rajouteront aux 68 (49 T3000 et 19 T4000) trams "nouvelle génération" qui déambulent déjà sur nos artères.

"Cette nouvelle commande porte essentiellement sur des trams T3000. Mais en fonction de la demande certains d'entre eux (de 20 à 30) pourront être transformés en T4000", explique-t-on à la Stib. Une permutation relativement aisée pour la firme Bombardier, puisque les T4000 (43 mètres, 7 portes coulissantes et une capacité de 250 passagers) sont en fait des T3000 (32 mètres, 5 portes et 178 passagers maximum) allongés. L'objectif est de placer ces nouveaux bolides principalement sur la Grande ceinture (lignes 23, 24, 25) et sur l'axe Nord-Sud. "Sur cet axe, en sous-sol, ces trams auront quasiment la fonction d'un métro avec une fréquence de 2 à 3 minutes en heure de pointe et une capacité accrue, explique Jean-Pierre Alvin, porte-parole de la Stib. Par ailleurs la liaison Nord-Sud, primordiale pour la fluidité du centre-ville, sera bientôt simplifiée : de 5 lignes, on passera à 2 lignes, la 3 et la 4, toutes deux équipées de nouveaux trams."

Coût total de ces achats ? 250 millions d'euros, "soit le plus gros investissement en matière roulant jamais réalisé par la Stib, dixit son directeur-général. Ces engins permettront aussi d'augmenter notre capacité de 12000 voyageurs".

Débarqué dans l'entrepôt d'Ixelles, où a eu lieu la signature du contrat dans un de ses trams flambant neuf, André Navarri, le président de Bombardier Transport s'est félicité de cette nouvelle coopération "avec ce client emblématique, un de nos partenaires les plus performants. C'est notre plus grande commande de trams à plancher bas, poursuit le président. Bruxelles va devenir un véritable étendard pour notre entreprise".

Et André Navarri de préciser encore que ces nouveaux trams bruxellois deviendront rapidement célèbres via une campagne publicitaire dans la presse mondiale. Autre "cocorico" pour notre pays : ces T 3000 proviendront de l'usine de fabrication Bombardier de Bruges. Mises à part les motorisations qui seront elles produites en Allemagne.

Ecrans télé dans les trams

La Stib a aussi su tirer des leçons du court passé des T3000, sur ses lignes depuis septembre 2006. "Suite à la demande des clients, nous avons ainsi rabaissé les poignées afin que nos usagers puissent s'agripper plus confortablement." Autre nouveauté : des écrans télé seront placés à différents endroits du tram, fournissant des informations sur le trajet et sur les correspondances. "Ce système existe déjà dans certains bus et vu l'écho positif, nous avons décidé de l'étendre." Par ailleurs, les sièges en cuir seront maintenus, "question de confort et de frein au vandalisme", selon la Stib.

"L'ogre stibien" n'est pas encore rassasié. A son menu dans les prochains mois : la commande de nouveaux métros boas (5) et celles de 70 bus à gaz naturel. "Il faut savoir qu'un bus a une durée de vie de 13 ans. En plus de renouveler continuellement notre "flotte", nous devons faire face à une demande de plus en plus importante." Les bolides de Bombardier débarqueront en avril 2009 sur les lignes stibiennes, en s'échelonnant jusqu'en 2012. Mais 2008 verra aussi l'apparition de nouveaux trams à Bruxelles puisque la firme canadienne poursuivra les dernières livraisons de ses précédents contrats avec la Stib (2003 et 2005).

En forme de petit pied-de-nez au salon de l'auto présent à Bruxelles jusque fin janvier, la Société des Transports intercommunaux de Bruxelles (STIB) a tenu à démontrer qu'elle avait le vent en poupe : "En 8 ans nous avons enregistré une croissance de 70 pc du nombre de voyages effectués, un fait rarissime en Europe", explique fièrement son directeur-général, Alain Flausch. Pour répondre à cette demande croissante, la Stib a décidé de mettre les petits plats dans les grands en commandant 102 nouveaux trams (T3000 et T4000) à la firme québecoise Bombardier. Ceux-ci se rajouteront aux 68 (49 T3000 et 19 T4000) trams "nouvelle génération" qui déambulent déjà sur nos artères.

"Cette nouvelle commande porte essentiellement sur des trams T3000. Mais en fonction de la demande certains d'entre eux (de 20 à 30) pourront etre transformés en T4000 explique-t-on à la Stib. Une permutation relativement aisée pour la firme Bombardier, puique les T4000 (43 mètres, 7 portes coulissantes et une capacité de 250 passagers) sont en fait des T3000 (32 mètres, 5 portes et 178 passagers maximum) allongés. L'objectif est de placer ces nouveaux bolides principalement sur la Grande Ceinture (lignes 23, 24, 25) et sur l'axe Nord-Sud. "Sur cet axe, en sous-sol, ces trams auront quasiment la fonction d'un métro avec une fréquence de 2 à 3 minutes en heure de pointe et une capacité accrue, explique Jean-Pierre Alvin, porte-parole de la Stib. Par ailleurs la liaison Nord-Sud, primordiale pour la fluidité du centre-ville, sera bientôt simplifiée : de 5 lignes, on passera à 2 lignes, la 3 et la 4, toutes deux équipées de nouveaux trams".

Coût total de ces achats ? 250 millions d'euros, "soit le plus gros investissement en matière roulant jamais réalisé par la Stib", dixit son président. Ces engins permettront aussi d'augmenter notre capacité de 12000 voyageurs".

Ecrans télé dans les trams

Débarqué dans l'entrepôt d'Ixelles, où a eu lieu la signature du contrat dans un de ses trams flambant neuf, André Navarri, le président Transport de Bombardier s'est félicité de cette nouvelle coopération "avec ce client emblématique, un de nos partenaires les plus performants. "C'est notre plus grande commande de trams à plancher bas, poursuit le président. Bruxelles va devenir un véritable étendard pour notre compagnie".

Et André Navarri de préciser encore que ces nouveaux trams bruxellois deviendront rapidement célèbres via une campagne publicitaire dans la presse mondiale. Autre "cocorico" pour notre pays : ces T 3000 proviendront de l'usine de fabrication Bombardier de Bruges. mise à part les motorisations qui seront elles produites en Allemagne.

La Stib a aussi su tirer des leçons du court passé (septembre 2006) des T3000 sur ses lignes. "Suite à la demande des clients, nous avons ainsi rabaissé les poignées afin que nos usagers puissent s'agripper plus confortablement". Autre nouvaeuté : des écrans télé seront placés à différents endroits du tram, fournissant des informations sur le trajet et sur les correspondances. "Ce système existe déjà dans certains bus et vu l'écho positif, nous avons décidé de l'étendre." Par ailleurs, les sièges en cuir seront maintenus, "question de confort et de frein au vandalisme", selon la Stib.

"L'ogre stibien" n'est pas encore rassasié. A son menu dans les prochains mois : la commande de nouveaux métros boas (5) et celles de bus à gaz naturel (une cinquantaine). "Il faut savoir qu'un bus a une durée de vie de 13 ans. En plus de renouveller continuellement notre "flotte", nous devons faire face à une demande de plus en plus importante". Les bolides de Bombardier débarqueront en avril 2009 sur les lignes stibienne, en s'échelonnant jusqu'en 2012.