La STIB veut réduire la fraude grâce aux portillons d'accès

La Société des Transports Intercommunaux de Bruxelles (STIB) a présenté lundi son nouveau système de portillons d'accès destiné à réduire le nombre de fraudeurs dans le métro. Il entrera en vigueur dès le 5 juillet à la station Porte de Namur et sera étendu à tout le réseau d'ici 2013.

La STIB veut réduire la fraude grâce aux portillons d'accès
©Etienne Scholasse
Belga

La Société des Transports Intercommunaux de Bruxelles (STIB) a présenté lundi son nouveau système de portillons d'accès destiné à réduire le nombre de fraudeurs dans le métro. Il entrera en vigueur dès le 5 juillet à la station Porte de Namur et sera étendu à tout le réseau d'ici 2013. Le but est de réduire la fraude de 18% à 10%, permettant de faire des économies d'environ 6 millions d'euros par an. "L'investissement total est de 50 millions d'euros, dont 15,2 millions apportés par Bruxelles Mobilité", a précisé la Ministre des Transports et des Travaux publics Brigitte Grouwels (CD&V). "C'est une somme considérable mais nous espérons la rentabiliser en huit ans".

Alain Flausch, administrateur-directeur général de la STIB, est à l'origine du retour d'un contrôle d'accès dans les stations de métro, abandonné dans les années 80.

"Quand je suis arrivé à la STIB, j'avais l'impression que personne ne payait", a expliqué Alain Flausch. "Les transports publics étaient perçus comme un terrain vague", a-t-il ajouté. Le système sera testé pendant les vacances, plus calmes en terme de voyageurs. A partir du 5 juillet, tout le réseau de (pré)métro sera ainsi équipé au rythme d'une à deux stations par semaine, à commencer par les 18 où les portillons d'accès sont déjà installés. Enfin, les deux types de validateurs (cartes à oblitérer et MOBIB) resteront en service jusqu'en 2012 ou 2013, le temps que les TEC et De Lijn adaptent leur système. Les abonnements papier ne seront par contre plus valables.