Débordements à Molenbeek: la faute à Sharia4Belgium?

Pris et secoué au milieu de la foule hier soir par les manifestants, le bourgmestre Philippe Moureaux affirme que la jeune femme serait proche du mouvement extrémiste. C'est aussi l'hypothèse de la police de Bruxelles-Ouest. Sur ordre de la police, la station de métro Comte de Flandre serait fermée.

Débordements à Molenbeek: la faute à Sharia4Belgium?
©Belga
Belga

Le bourgmestre de Molenbeek Philippe Moureaux (PS), dit avoir dû abandonner le dialogue pour la force afin de calmer la centaine de personnes qui ont encerclé le commissariat de la rue du Facteur, jeudi soir. Il attribue ces débordements à Sharia4Belgium. Une jeune femme en niqab a été contrôlée, jeudi après-midi, à un arrêt de tram de Jette. Refusant de présenter ses papiers d'identité, elle a été emmenée au commissariat central de la zone pour être prise en charge par des policières. Après rébellion, la femme a été transportée à l'hôpital avec une commotion cérébrale et une policière a eu son nez cassé. Des émeutes ont eu lieu devant le commissariat en soirée.

Philippe Moureaux s'est fait secouer par les contestataires: "j'étais au milieu de la foule pour parler avec les gens qui étaient sous le coup de rumeurs infondées diffusées par sms. Je leur ai dit que ce ramdam ne sert pas à grand chose et qu'une enquête était en cours. (...) Les débordements ont surtout été causés par un petit groupe habitué à semer le trouble: Sharia4Belgium."

Johan Berckmans, le porte-parole de la zone de police Bruxelles-Ouest, confirme que la jeune femme semble proche de Sharia4Belgium.

Un échevin de Molenbeek porte plainte pour violences policières, les policiers disent ne pas l'avoir reconnu

Les hommes de la police fédérale qui ont arrêté, jeudi soir, lors des émeutes, l'échevin des sports de Molenbeek Jamal Ikazban (PS), auraient déclaré qu'il tentait de passer le périmètre de sécurité disposé autour de la maison communale, rapporte Tine Hollevoet, porte-parole de la police fédérale. Tine Hollevoet confirme l'incident entre les policiers fédéraux venus en renfort, jeudi soir, lors des émeutes à Molenbeek, et l'échevin des sports : "D'après leurs déclarations, il semblerait qu'ils n'aient pas reconnu l'échevin et que ce dernier tentait de forcer le périmètre de sécurité pour entrer dans la maison communale. " Elle affirme, par ailleurs, qu'il a immédiatement été libéré par la police locale une fois emmené au commissariat.

Jamal Ikazban assure avoir décliné son identité et que des témoins et des ouvriers communaux présents ont également averti les policiers. L'échevin dément avoir tenté de rentrer dans la maison communale. Il confiera des vidéos de l'incident aux enquêteurs du service interne de la police fédérale pour attester ses dires.

Quatre policiers blessés

Quatre policiers ont été blessés lors des échauffourées qui ont éclatées jeudi soir à Molenbeek, à la suite du contrôle d'une jeune femme vêtue d'un niqab, a indiqué vendredi la zone de police Ouest. Deux policières ont été frappées par la jeune femme. Un policier a reçu un pavé dans le genou quand des manifestants ont tenté d'envahir le commissariat de police de la rue du Facteur. Une troisième policière a été blessée par des bris de verre. Le commissariat de la rue du Facteur a essuyé quelques dégâts matériels mineurs. Deux abribus situés non loin de là, ont en revanche été vandalisés et leurs vitres ont été cassées. Deux bus de la STIB ont également été canardés à coup de pierre dans les rues de Ribaucourt et de l'Ecole.

A la suite de ces troubles, le bourgmestre de Molenbeek Philippe Moureaux (PS) a pris un arrêté de police afin d'interdire tout rassemblement de plus de 5 personnes dans sa commune vendredi et samedi.

Milquet demande une enquête approfondie sur les circonstances des émeutes à Molenbeek

La ministre de l'Intérieur, Joëlle Milquet, a condamné vendredi les émeutes qui ont eu lieu jeudi soir à Molenbeek et demande une enquête approfondie sur les circonstances qui ont conduit à de tels débordements. "Les faits doivent être condamnés avec la plus grande sévérité", a indiqué Mme Milquet (cdH) à son arrivée au conseil ministériel restreint vendredi matin.

La ministre de l'Intérieur s'est félicitée de la rapide intervention des services d'ordre. "Les services de police sont rapidement arrivés sur les lieux. Il y a eu une très bonne coordination entre les différents services qui démontre que le mécanisme du maintien de l'ordre a parfaitement fonctionné. Ces débordements sont inacceptables. Il faudra réaliser une enquête approfondie afin de déterminer l'origine de ces débordements ainsi que le déroulement des événements. Je pense que la police a fait son travail. Mais il faut une enquête approfondie pour analyser l'ensemble des circonstances qui ont conduit à ces émeutes", a-t-elle dit.


Cet article génère un nombre très important de commentaires qui doivent être tous revus en raison du sujet abordé. Il ne nous est matériellement pas possible d’assumer cette charge additionnelle. En conséquence, cet article ne sera pas ouvert aux commentaires. Veuillez nous en excuser. Merci de votre compréhension. La modération.


Sur le même sujet