Réunion entre Di Rupo et les bourgmestres bruxellois sur la sécurité

Le but de cette rencontre était d'entendre, d'écouter les bourgmestres car la sécurité relève à la fois du gouvernement fédéral mais aussi du niveau local.

Réunion entre Di Rupo et les bourgmestres bruxellois sur la sécurité
©Belga
Belga

Le Premier ministre Elio Di Rupo a rencontré vendredi après-midi les bourgmestres des quinze plus grandes villes du pays pour étudier les mesures à prendre en vue d'améliorer la sécurité publique après une série de troubles survenus à Bruxelles. "Le but de cette rencontre était d'entendre, d'écouter les bourgmestres car la sécurité relève à la fois du gouvernement fédéral mais aussi du niveau local", a commenté le chef du gouvernement lors d'un bref point presse à l'issue de la rencontre.

Durant près de trois heures, le Premier ministre, flanqué de ses ministres de la Justice et de l'Intérieur, Annemie Turtelboom et Joëlle Milquet, et du ministre-président de la Région bruxelloise, Charles Picqué, ont évoqué avec la quinzaine de mayeurs "les améliorations possibles" sur le terrain de la sécurité, tant en matière de recrutement d'agents de police et de magistrats, de financement des zones de police, que d'effectivité des peines prononcées. "L'objectif est d'avancer le plus vite possible", a assuré M. Di Rupo devant la presse.

Une note-cadre devrait être présentée prochainement par le gouvernement fédéral, a-t-il ajouté. Elle devrait porter notamment sur les effectifs policiers, leur formation, le financement, etc.

Le chef du gouvernement fédéral et les quinze bourgmestres ont déjà convenu de se revoir tous les six mois - "ou avant si nécessaire" - pour faire le point de l'évolution de ce dossier, a précisé M. Di Rupo.

A la sortie de la réunion, les différents bourgmestres oscillaient entre satisfaction pour les uns et circonspection pour les autres. "Il n'y a pas grand chose de neuf sur la table", a ainsi déploré le bourgmestre MR d'Anderlecht, Gaëtan Van Goidsenhoven.

"Il faut maintenant passer du stade de l'évocation à celui du concret. Nous attendons des mesures phares qui montrent une différence sur le terrain", a-t-il ajouté.

La question de l'effectivité des peines de prison prononcées, à la Une depuis l'arrestation du leader de Sharia4Belgium, est également revenue sur le tapis vendredi.

"Il faut en finir avec l'impunité. La non-exécutiion des peines de moins de trois ans est tout à fait inacceptable", a insisté le bourgmestre Open Vld de Malines, Bart Somers.

Aucune mesure concrète n'est toutefois sortie du conclave. "Il y a juste quelques promesses du gouvernement sur les gardiens de la paix", a déploré le bourgmestre de Schaerbeek, Bernard Clerfayt (FDF).

"Les bourgmestres d'Anvers, de Charleroi ou moi-même, nous disons tous la même même chose depuis des années: il faut plus d'agents, et décharger ceux-ci de leurs tâches administratives".

"Les solutions sont connues depuis longtemps. Il faut trouver maintenant la force de les mettre en oeuvre...", a-t-il ajouté.

Sur le même sujet