Kir va-t-il réussir son putsch contre Demannez à Saint-Josse?

Le Président de la fédération bruxelloise du PS s'est entretenu avec Kir et Demannez en vue d'apaiser les tensions entre les deux hommes forts de Saint-Josse. Ils se revoient depuis cet après-midi en vue de la signature d'un possible accord au sujet du mayorat.

Kir va-t-il réussir son putsch contre Demannez à Saint-Josse?
©BELGA
Jonas Legge

Le bourgmestre socialiste de la commune de Saint-Josse Ten Noode Jean Demannez, son co-listier Emir Kir, et le président de la fédération bruxelloise du PS Rudy Vervoort se revoient depuis cet après-midi en vue de la signature d'un possible accord au sujet de l'attribution du mayorat dans cette commune centrale de Bruxelles, a indiqué brièvement le premier, quittant la maison communale d'Evere.

Le climat semble toujours tendu entre Kir et Demannez si l'on en croit la prudence affichée par ce dernier à la sortie de la maison communale où, comme Emir Kir, il a tenté d'échapper aux journalistes présents en filant par une porte dérobée.

Selon Jean Demannez, l'accord devrait s'inscrire dans le droit fil de l'engagement pris ensemble il y a plusieurs mois, prévoyant que lui-même exercerait le mandat en début de législature, avant de céder le relais à Emir Kir.

Cette entrevue entre les trois socialistes vise à apaiser les tensions entre les deux hommes forts de Saint-Josse et à trouver une solution en vue de la prochaine législature.

Le secrétaire d'Etat bruxellois socialiste Emir Kir, champion en voix de préférences à Saint-Josse, avait annoncé lundi la conclusion d'un accord de majorité avec le cdH dans cette commune centrale de Bruxelles. Il revendiquait d'emblée le maïorat dont il était prêt à laisser l'exercice au bourgmestre sortant Jean Demannez, tête de liste, le temps d'achever son mandat à la Région bruxelloise.

"Compte tenu des résultats électoraux, il apparaît que la population souhaite que j'assure le leadership dans la commune. J'ai proposé à Jean Demannez de me remplacer durant 18 mois. Il a refusé", avait affirmé Emir Kir, à l'agence Belga. "Il est normal que ma griffe soit présente. Je prends acte de son refus. Je prendrai mes responsabilités autrement", avait-il ajouté sans autre précision.

De son côté, Jean Demannez a refusé de jouer les bourgmestres faisant fonction durant 18 mois. Et il avait affirmé s'être senti trahi et évoquait un "putsch".

Au cours de la campagne électorale, les deux hommes s'étaient accordés sur le passage du témoin entre eux au cours de la prochaine législature. Forte de 44,3% des sièges, la Liste du Bourgmestre a obtenu une majorité absolue en sièges au conseil communal (16 sur 29).

Emir Kir a obtenu 1.916 voix de préférence, devant Jean Demannez (1.215).


Sur le même sujet