"Woluwe-Saint-Lambert base arrière du combat FDF en périphérie"

La commune bruxelloise s'est dotée d'un échevin flamand surnuméraire qui lui rapportera une dotation complémentaire. La section locale du MR soutient que cet échevin sera "en charge de la provocation communautaire". Contacté par LaLibre.be, Olivier Maingain s'explique.

"Woluwe-Saint-Lambert base arrière du combat FDF en périphérie"
©BELGA
BdO et J. Lgg.

Comme il est de coutume à Bruxelles, la commune de Woluwe-Saint-Lambert a pu ouvrir un échevinat flamand surnuméraire qui lui rapportera une dotation complémentaire de la part de la Région bruxelloise. Dotation qui devrait s'élever entre 400.000 et 500.000 euros. Jusque là, tout va bien.

Mais ce dossier ne laisse pas le MR local indifférent. Car l'argent dont bénéficiera la commune, après avoir octroyé le siège d'échevin au néerlandophone Xavier Liénart (colistier du bourgmestre, ex-CVP et ex-IC), permettra de financer des initiatives en faveur des francophones de la périphérie. Est-ce réellement le plus utile, se demande, dans un communiqué, Julie Van Goidsenhoven-Bolle, tête de liste libérale. Et d'ajouter que "Woluwe-Saint-Lambert a tant besoin de moyens financiers pour ouvrir de nouvelles crèches, pour acquérir du matériel pédagogique performant pour ses écoles, pour rénover les écoles, pour améliorer la prise en charge dans sa maison de repos et son hôpital gériatrique".

"La commune est en boni depuis des années" se défend Olivier Maingain contacté par LaLibre.be. "Cet argent qui arrive en supplément n'est pas du tout essentiel aux nombreuses initiatives entreprises au sein de la commune". "Par le passé", explique encore le président du FDF, "nous avons déjà pris des initiatives en faveur des francophones de la périphérie. Le MR soutenait alors ces initiatives."

En outre, dans son communiqué, le MR précise que "cela démontre qu’Olivier Maingain, avec le silence complice du cdH et de ses autres colistiers, a décidé de faire de Woluwe-Saint-Lambert la base arrière du combat FDF en périphérie. Ce nouvel échevin en charge de la provocation communautaire a d’ailleurs son pendant à Alost où la NVA a fait de même en créant un échevin de la flamandisation."

Mais est-ce bien légal se demande encore Madame Van Goidsenhoven-Bolle? Là encore le son de cloche diffère entre les deux formations. "Oui", répond Olivier Maingain. "Le MR se contredit et, par manque de solidarité francophone, fait le jeu des extrémistes flamands qui iront à l'encontre de cette initiative. Cet argent sera affecté à plusieurs bonnes causes, soucieux que nous sommes de la protection des minorités."

Au-delà de l'importance accordée par certains aux enjeux communaux, ou par d'autres aux enjeux régionaux, c'est bien un épisode supplémentaire du difficile divorce entre le FDF et le MR qui se dessine ici.

Sur le même sujet