Le tram, superstar

En 2012, encore, la société de transports publics bruxellois a poursuivi sur sa lancée et corroboré son augmentation ininterrompue de ces dernières années. Le tram a enregistré 11,3 millions de voyages en plus par rapport à 2011.

Le tram, superstar
©Bernard Demoulin
R. Le.

En 2012, encore, la société de transports publics bruxellois a poursuivi sur sa lancée et corroboré son augmentation ininterrompue de ces dernières années. En affichant 348,8 millions de voyages à son actif, la Stib affiche une progression de 5,76 % par rapport à l’année 2011, soit 19 millions de voyages en plus.

En effectuant un zoom sur ces chiffres, on s’aperçoit que le métro reste le mode le plus plébiscité des usagers des transports en commun, dont la part de marché est évaluée à 38 % sur l’ensemble des déplacements de la Stib. Le tram s’en rapproche avec 35 %.

Une marge de progression importante par rapport à 2011 puisque le tramway comptait à son actif, en 2012, 11,3 millions de voyages en plus par rapport à 2011. Un succès dont pâtit très certainement le mode bus qui perd du terrain et prend 27 % de parts de marché, sans doute victime de la congestion de la capitale.

Autre point important : ce chiffre de 85 % qui représente le nombre d’usagers qui optent pour un abonnement, les 15 % restants préférant le titre à la prestation d’un ou plusieurs voyages. Trois autres augmentations notables : celle de l’abonnement J, dédié aux enfants de 6 à 11 ans (+12 %), du nombre de bénéficiaires d’une intervention majorée BIM/Omnio (+13%) et des personnes bénéficiant du RIS (+5%).

Une alternative, face à la crise

Ces deux dernières données chiffrées montrent que face à la crise, beaucoup de Bruxellois ont fait le choix de l’alternative des transports en commun. Un choix motivé aussi par d’autres constats : un carburant plus cher, le boom démographique de la capitale ainsi que son engorgement. Le désir de ses habitants de renforcer leur empreinte écologique est aussi l’une des raisons pour lesquelles ils utilisent le réseau de la Stib.

Si la fréquentation a augmenté de 70 % en dix ans, c’est aussi, a estimé le CEO de la Stib, Brieuc de Meeûs, grâce aux efforts fournis par la société pour offrir un service de qualité. Un service que les responsables de la Stib entendent poursuivre, à travers des investissements (voir ci-dessous) rendus possibles par l’augmentation des recettes.

A cet égard, notons enfin qu’en 2012, les recettes du trafic ont augmenté de 6,17 % par rapport à 2011.

Sur le même sujet