Gosuin: "Plus loin que les réformettes proposées"

La rationalisation proposée par les partis signataires de la sixième réforme de l'Etat pour la Région bruxelloise n'est qu'un tout petit pas vers l'objectif à atteindre, a déclaré Didier Gosuin, chef de groupe FDF au Parlement bruxellois.

BELGA
Gosuin: "Plus loin que les réformettes proposées"

La rationalisation proposée par les partis signataires de la sixième réforme de l'Etat pour la Région bruxelloise n'est qu'un tout petit pas vers l'objectif à atteindre, a déclaré vendredi Didier Gosuin, chef de groupe FDF au Parlement bruxellois, en réaction à l'accord politique intrabruxellois intervenu en début de semaine. A la Région bruxelloise, pourquoi ne rationalise-t-on pas d'avantage, se demande-t-il dans un communiqué. Il cite notamment les domaine de la gestion de l'eau (Vivaqua, Hydrobru, SBGE...), des opérateurs économiques (ABE, SDRB, Atrium, SRIB, Bruxelles-Export..) et du logement (SLRB, SDRB, 15 SISP...).

Pour M. Gosuin, il faut non seulement rationaliser les structures régionales mais il faut aussi mettre en place des outils d'évaluation des politiques. Cela ne signifie pas que les communes n'ont pas d'efforts à faire pour améliorer leur gouvernance, ajoute-t-il. Et de rappeler que le FDF a déjà avancé des pistes très concrètes comme créer une centrale d'achat commune aux 19 entités, centraliser les trésoreries, imposer la réalisation de marchés communs concernant l'énergie, imposer des synergies entre commune et CPAS au niveau de certains services...

"Plutôt que de se gargariser de réformettes, soyons ambitieux pour réellement améliorer la gouvernance en Région bruxelloise, diminuer ses coûts de gestion sans porter atteinte à la démocratie locale, contrairement aux souhaits de la N-VA et de certains partis flamands", conclut Didier Gosuin.

"Un pas dans la bonne direction, mais un petit pas"

Le fait qu'on réduise le pouvoir des bourgmestres bruxellois est "un pas dans la bonne direction" selon Pascal Smet, ministre flamand chargé des affaires bruxelloises et président des socialistes flamands bruxellois. Les huit partis signataires de l'accord institutionnel ont conclu au début de la semaine un accord intra-bruxellois. Celui-ci prévoit notamment moins de pouvoirs pour les bourgmestres des 19 communes et plus de pouvoirs et de moyens pour la Région bruxelloise.

"Mon parti a co-signé cet accord. Mais on ne peut pas dire qu'il s'agisse d'un grand pas en avant. C'est tout juste un petit pas dans la bonne direction. Il reste beaucoup à faire", a commenté M. Smet. Selon lui, il convient de réduire de façon drastiques le nombre de mandataires et d'administrations à Bruxelles.

"On maintient les 19 communes et les 19 CPAS", souligne-t-il notamment ajoutant qu'il y a encore beaucoup de synergies possibles. Il donne en exemple la ville de New York, gouvernée par 52 personnes alors qu'à Bruxelles ont compte pas moins de 900 mandataires.