Rue Neuve : un futur quartier ?

Selon la Ville, la rue Neuve porterait très mal son nom et mérite un sérieux lifting. A l’horizon 2015?

Julien Thomas (st.)
Rue Neuve : un futur quartier ?
©DR

La rue Neuve deviendra l’axe principal d’un quartier commerçant relifté et redynamisé. Un "nouveau" quartier, articulé autour de la rue Neuve et des deux boulevards parallèles Anspach et Adolphe Max, qui sera verdoyant, convivial et agréable à vivre. Une fois la nuit venue et les magasins fermés, le quartier restera vivant et sécurisé grâce à la présence des nouveaux riverains qui habiteront les étages supérieurs des commerces.

Tel est en tout cas le projet des échevins de la Ville de Bruxelles Marion Lemesre et Geoffroy Coomans de Barchène, tous deux issus du Mouvement réformateur, respectivement en charge des Affaires économiques et de l’Urbanisme. Ils ont ainsi présenté ce lundi un projet dans ce sens.

"La rue Neuve représente un enjeu essentiel pour Bruxelles mais elle a très mal vieilli. Elle n’a plus rien de neuf. Il faut la faire passer dans le XXIe siècle !", insiste l’échevin de l’Urbanisme. Et de citer un problème tout à fait pratique : "Aujourd’hui, ce sont maximum des camions de 12 tonnes qui peuvent venir réapprovisionner les commerces alors qu’ailleurs, on parle parfois de 30 tonnes...."

Afin de faciliter le flux piétonnier, les kiosques de la rue Neuve vont être retirés tandis que l’éclairage sera installé sur les murs. Certaines façades et toitures bénéficieront aussi d’un lifting et d’une décoration végétale.

La Ville de Bruxelles désire aussi l’installation d’une grande terrasse sur le toit de l’Inno, même si aucun dialogue n’a encore été engagé en ce sens avec la grande surface.

Les rues latérales bénéficieront d’un mobilier de rue et d’arbres tandis que la place du Finistère fera l’objet d’une attention particulière.

La Ville, qui annonce un budget de 3,5 millions, espère pouvoir compter sur un coup de pouce de Beliris. La commune insiste cependant : il ne s’agit que d’un projet théorique et tous les acteurs de terrain seront consultés. Cette consultation prendra fin en février 2014 tandis que le premier coup de pioche pourrait avoir lieu durant l’année 2015.