Emir Kir ordonne l'expulsion du squat Gesù

L'arrêté de police donne 24 heures aux quelque 200 occupants pour évacuer les lieux et demande au propriétaire de prendre les dispositions pour condamner les différents accès.

Emir Kir ordonne l'expulsion du squat Gesù
©Bauweraerts D
Belga

Le bourgmestre de Saint-Josse-ten-Noode Emir Kir (PS) a fait part, jeudi à 17 heures, par voie de communiqué, de sa décision de procéder à l'expulsion du couvent du Gesù.

L'arrêté de police donne 24 heures aux quelque 200 occupants pour évacuer les lieux et demande au propriétaire de prendre les dispositions pour condamner les différents accès.

Le bourgmestre a fait reposer sa décision sur le rapport du Service de l'hygiène de la commune rendu le 21 octobre dernier et sur celui du Service d'incendie et d'aide médicale urgente de la Région de Bruxelles-Capitale rendu le 14 octobre.

Tenant compte de la multiplication des procès-verbaux de la police et des plaintes du voisinage, des problèmes de prostitution et de violence, ainsi que du manque d'équipements adaptés, les autorités communales ont considéré qu'elles devaient réagir devant l'urgence de la situation. Emir Kir estime que les problèmes d'insécurité sont ingérables dans un bâtiment d'une telle ampleur et veut privilégier les projets à taille humaine.

Pour la prise en charge et le relogement des occupants, la commune met sur pied une Task force en collaboration avec le CPAS de Saint-Josse, le Samusocial, et Fedasil. Elle portera une attention particulière aux familles avec enfants. Par ailleurs, le bourgmestre lance un appel à toutes les autorités compétentes afin qu'elles mettent rapidement à disposition des logements.

Les occupants du couvent appellent à un soutien pacifique

la suite de l'expulsion du couvent du Gesù décrétée jeudi à 17 heures par le bourgmestre de Saint-Josse-ten-Noode Emir Kir (PS), les occupants se sont réunis en assemblée générale à 19 heures, a indiqué leur avocat Me Beauthier. Ils ont décidé de résister pacifiquement en vue d'être relogés. Ils appellent le monde associatif à venir les soutenir sans violence. "Cela fait une semaine que nous attendions avec Christos Doulkeridis (secrétaire d'Etat bruxellois en charge du Logement) une réunion avec le bourgmestre", défend Me Beauthier. "Nous déplorons qu'il décide d'une expulsion la veille du premier novembre." Les occupants s'attendent à être expulsés samedi au petit matin, conformément aux 24 heures de délai indiqué sur l'arrêté de police.

Sur le même sujet