Les prostituées doivent quitter l’Alhambra

Yvan Mayeur présente son nouveau plan prostitution. Entrée en vigueur, ce vendredi.

Les prostituées doivent quitter l’Alhambra
© IPM
Nathan Gonze

Depuis une quinzaine d’années, le quartier Alhambra dans le centre-ville est confronté à de multiples problèmes liés à la prostitution de rue : traites des êtres humains, toxicomanies, bagarres, tapages, déjections diverses sur la voie publique, etc. Freddy Thielemans (PS), lorsqu’il était encore bourgmestre de la Ville de Bruxelles, avait pris une série de mesures pour essayer d’endiguer le phénomène et diminuer les nuisances pour les riverains.

Aujourd’hui, son successeur doit bien se rendre à l’évidence : "les mesures antérieures ne fonctionnent pas ! Les prostituées étaient censées se déplacer après 22 h vers le boulevard Albert II. Les gens n’ont pas accepté ce changement, les prostituées non plus", concède Yvan Mayeur (PS). Il a donc planché sur une solution alternative avec l’aide de la plate-forme de concertation intersectorielle sur la prostitution (la police, l’ASBL Bravvo, les associations du secteur).


En vigueur dès le 28 mars

Sa solution est simple : dès le 28 mars, les prostituées devront quitter purement et simplement le quartier Alhambra et ce, 24h/24. Elles pourront se déplacer vers une partie strictement délimitée des boulevards d’Anvers, Baudouin et Albert II (uniquement sur les deux premiers tronçons se trouvant sur le territoire de Bruxelles-Ville). "C’est une mesure unique, plus cohérente et plus compréhensible que la précédente", plaide Yvan Mayeur.

Mais elle sera appliquée avec force. "Il s’agit d’une interdiction. Il ne peut plus y avoir de prostitution de rue dans le quartier Alhambra, même si, à ce stade, je n’ai pas pris d’arrêté. Il faudra peut-être en arriver là et passer à une logique de répression pure et simple." Dans un premier temps, les prostituées et leurs clients auront d’ailleurs toujours accès aux hôtels de passe. "A terme, des mesures de mobilité seront prises pour que la rue des Commerçants ne soit plus accessible en voiture", détaille le nouveau bourgmestre.

Les communes toutes proches de Saint-Josse et de Schaerbeek ont, par ailleurs, été averties de la nouvelle action (le précédent plan de déplacement, pris sans concertation, avait suscité l’ire de Bernard Clerfayt).

Sur le terrain, des brochures traduites en sept langues sont distribuées aujourd’hui pour sensibiliser les prostituées. "Je ne m’attends pas à ce que cela fonctionne tout de suite. Mais ce nouveau plan, plus simple que le précédent, se mettra petit à petit en place avec l’aide de la police et des gardiens de la paix", conclut Yvan Mayeur.

Sur le même sujet