Préavis de grève à la police de Bruxelles-Ixelles contre l'installation de caméras

A l'issue de la réunion entre la direction et les syndicats, le bourgmestre de Bruxelles Yvan Mayeur (PS) a décidé de camper sur ses positions. Les syndicats rapportent des tensions depuis quelque temps avec leur direction.

Préavis de grève à la police de Bruxelles-Ixelles contre l'installation de caméras
©Reporters
Belga

Le front syndical composé de la CSC, de la SLFP et du syndicat indépendant SNPS a déposé un préavis de grève pour la police de Bruxelles-Ixelles, a annoncé vendredi le vice-président du SLFP-Police Vincent Houssin. Il prendra effet le 1er août. Vincent Houssin explique que le préavis de grève concerne la décision d'installer des caméras de surveillance à l'intérieur des commissariats. Selon le vice-président du SLFP-Police, c'est l'usage qui en sera fait qui porte à controverse. Les policiers critiquent le fait que le son soit également enregistré avec les images et que l'analyse soit continue. Il considère que ces pratiques ne respectent pas la loi sur la vie privée. A l'issue de la réunion entre la direction et les syndicats, le bourgmestre de Bruxelles Yvan Mayeur (PS) a décidé de camper sur ses positions. Les syndicats rapportent des tensions depuis quelque temps avec leur direction.

Nicolas Beckers, président de la SNPS-Bruxelles-Ixelles, estime que le changement de climat s'est opéré depuis le départ de l'ex-bourgmestre de Bruxelles Freddy Thielemans (PS). "C'est un signe clair de méfiance de la part d'Yvan Mayeur envers ses propres policiers."

La CGSP s'est désolidarisée du front syndical. Une assemblée générale a eu lieu le 10 juin. Les affiliés CGSP ont décidé à la majorité de ne pas soutenir le préavis de grève. "La plupart des policiers considèrent que l'installation des caméras permettra de lutter contre les plaintes abusives", avance Rudy Janssens, secrétaire fédéral CGSP.

Sur le même sujet