De plus en plus de règlements anti-alcool

La dernière mesure en date concerne Ixelles et sa place de la Petite Suisse.

Interdiction de vente d'alcool aux mineurs d'âge.
Interdiction de vente d'alcool aux mineurs d'âge. ©Bruno Devoghel
N. G. et G. Be.

La dernière mesure en date concerne Ixelles et sa place de la Petite Suisse.

On le constate, de plus en plus de communes tentent d’encadrer la consommation d’alcool sur leur territoire. Le but recherché par ces pouvoirs locaux est bien moins la santé publique que la préservation de la quiétude des habitants de certains quartiers car la consommation d’alcool engendre bruit et malpropreté publique.

La dernière mesure en date concerne Ixelles et sa place de la Petite Suisse. Au mois de juillet, le bourgmestre de la commune a pris un arrêté pour y interdire la consommation d’alcool sur la voie publique entre 17h et 7h du matin. Des panneaux ont été apposés sur la place pour informer la population. Les contrevenants s’exposent à une amende de 50 €. Une décision motivée par les plaintes des riverains et des commerçants des alentours de la place, proche du cimetière d’Ixelles.

En effet, cette place est devenue, au fil des années, un lieu de ralliement pour les jeunes qui y consomment beaucoup d’alcool. Cela entraîne, selon la commune, de nombreux débordements. Les fêtes s’éternisent parfois jusqu’au petit matin et les habitants n’arrivent pas à trouver le sommeil, d’autant que lorsqu’ils se réveillent, la place est jonchée de détritus. En mai, une pétition de 140 signatures a fini de persuader la commune.

Selon Dominique Dufourny, bourgmestre f.f., les effets de l’arrêté sont positifs : "Depuis son entrée en vigueur, le 4 juillet, 130 P.-V. ont été dressés. Commerçants et riverains ont noté une diminution des nuisances sonores, des dégradations et de l’urine." Il sera d’application jusqu’au 30 octobre.

Toujours à Ixelles, la consommation d’alcool sur l’espace public a été limitée place du Châtelain, également de 17h à 7h, mais uniquement les jours de marché, le mercredi. "La situation était beaucoup plus difficile que place de la Petite Suisse. Plusieurs rues autour de la place étaient concernées par les nuisances", note Dominique Dufourny. Après une période de prévention de deux mois, les forces de l’ordre ont commencé à verbaliser. "Le travail de prévention a bien fonctionné, je pense qu’il n’y a que 5 ou 6 P.-V. qui ont été distribués."

Des mesures ont également été prises à Molenbeek. "Sauf nécessité, l’arrêté du bourgmestre ne sera pas prolongé au-delà du 30 septembre. Cela doit rester une mesure exceptionnelle." Si l’interdiction de boire de l’alcool dans la rue dans le quartier Ribaucourt encercle les 9 juin et 30 septembre, la bourgmestre, Françoise Schepmans (MR) entend ne pas en faire une règle générale. Au reste, depuis son entrée en vigueur, cette mesure anti-incivilités n’a généré qu’une arrestation et 7 P.-V. pour jets de canette ou consommation. Cette accalmie, la libérale l’explique par l’absence des Roms, ces "travailleurs saisonniers" qui se donnent rendez-vous à Ribaucourt et n’y referont leur apparition qu’en septembre. "Il s’agit simplement d’éviter les débordements…"

Dans le centre (Bourse, Sainte-Catherine, Grand-Place), il était interdit d’acheter de l’alcool après 22h durant le Mondial. La mesure test est en cours d’analyse. Elle pourrait être étendue à d’autres événements comme les Plaisirs d’hiver.

Sur le même sujet