L’UCL, (f)acteur de l’essor régional bruxellois

On n’a pas tous les jours 40 ans ! L’UCL fête ses 4 décennies bruxelloises.

L’UCL, (f)acteur de l’essor régional bruxellois
Christian Laporte

L’Université catholique de Louvain fêtera lors de sa prochaine rentrée académique - ce lundi 15 septembre - ses 40 ans de présence sur le site de Woluwe-Saint-Lambert, opportunément appelé Louvain-en-Woluwe et donc en région bruxelloise.

Rappel historique : on serait tenté de voir un lien direct entre le "Walen buiten" de funeste mémoire de 1968 à Louvain et l’arrivée de la dimension médicale de l’Alma Mater à l’est de Bruxelles, six ans plus tard.

VDB n’aimait pas le "Walen buiten" !

C’est vrai et pas vrai… Tout comme l’expansion universitaire aurait tôt ou tard posé la question d’une extension intra muros à Louvain ! C’est ce qui fut à la base du départ des francophones, selon l’ancien Premier ministre Paul Vanden Boeynants dans une ultime interview qu’il nous accorda avant sa mort…

En réalité ici c’est l’explosion, dans les années 60, du nombre d’étudiants en médecine - par la démocratisation des études - et l’incapacité, pour les hôpitaux universitaires de Leuven, d’absorber ce flux croissant de médecins stagiaires qui incita la Faculté de médécine à s’installer à Bruxelles.

Puis l’évolution de la médecine (premières greffes et transplantations d’organes) imposa le recours à un matériel de pointe. Il s’imposa donc de construire un nouvel hôpital universitaire. Heureuse coïncidence : elle fut facilitée par une politique publique visant à équiper le pays d’un vaste réseau d’hôpitaux modernes et de nouvelles structures.

Bruxelles s’imposait !

Le choix de Bruxelles coula de source lui aussi. Sa partie orientale en fait… L’est de Bruxelles, région francophone la plus proche de Louvain, manquait d’infrastructure hospitalière universitaire et disposait de terrains libres. En 1963, les autorités de l’UCL achetèrent donc 38 ha de terrains à Woluwe-Saint-Lambert afin d’y installer la section francophone de leur Faculté de médecine et surtout d’y construire un nouvel hôpital universitaire.

Non dit mais pas moins essentiel : de la sorte, l’UCL marquait aussi sa présence à Bruxelles face à l’ULB, dans une optique pluraliste et d’ouverture très chrétienne…

C’est l’école de santé publique de l’UCL qui s’installa la première en 1967. L’Alma Mater manifestait ainsi sa volonté de développer à Bruxelles une action sociale et préventive, avant d’y installer toute sa Faculté de médecine et les Cliniques Saint-Luc.

Survint esnuite le divorce louvaniste qui n’en imposa que davantage un transfert !

Les travaux débutèrent en 1969 à Woluwe. De 1970 à 1974, tours et auditoires, qui abriteront l’enseignement et la recherche, émergèrent de terre. Tout comme le premier quartier étudiant (Alma, Assomption, Chapelle-aux-Champs). L’Institut Paul Lambin s’installa aussi sur le site (1973).

Le 18 octobre 1974, l’UCL effectuait sa première rentrée à Woluwe alors que Christian de Duve venait de recevoir le Nobel. Les premiers étudiants (2e et 3e candis en médecine) s’implantaient à l’instar des jeunes élèves de l’école Chapelle-aux-Champs.

Pas qu’un campus, un bout de vraie ville

Dès le départ, tout comme à LLN, le site ne fut pas qu’un campus et s’ouvrait à tous les publics. Mieux : en août 1976, les Cliniques Saint-Luc ouvraient leurs portes, permettant aux étudiants de doctorat de poursuivre tout leur cursus sur le site. Avec l’implantation de l’Institut supérieur d’enseignement infirmier en 1977 s’achevait le transfert de la Faculté de médecine. Cinq ans après, la station de métro Alma complétait l’offre en mobilité. Ajoutons à cela qu’en 1983, l’UCL se dota d’un parc scientifique, qui compte aujourd’hui 49 entreprises et 550 emplois. Et en 2012, fut inauguré un 2e incubateur (Brussels Life Science Incubator), cofinancé par l’UCL et la Région. Enfin, c’est plus que jamais un site d’enseignement complet depuis l’accueil des Hautes Ecoles (Vinci (ECAM, IPL et Parnasse-ISEI) et Ephec)…