Adoptez une poule pour réduire vos déchets !

Etterbeek propose à ses habitants d’adopter des poules pour réduire leurs déchets organiques.

Adoptez une poule pour réduire vos déchets !
Pauline Deglume

Le saviez-vous ? Une poule avale en moyenne 150 kg de déchets alimentaires par an en plus de sa consommation de graines. C’est la raison pour laquelle des villes voulant réduire leur volume de déchets organiques ont décidé d’offrir des poules aux habitants. En Belgique, Mouscron et Ittre se sont ainsi déjà lancées dans l’aventure.

Et ce sera bientôt le cas de la commune d’Etterbeek où l’échevine du Développement durable Marie-Rose Geuten (Ecolo) vient de mettre sur pied le projet Poules urbaines. "Nous participons déjà au projet-pilote régional de ramassage des déchets organiques qui sont ensuite compostés. Mais il y a d’autres moyens de revaloriser ces déchets comme, par exemple, en les donnant à manger à des poules qui vont, en retour, produire des œufs. C’est un très beau cycle !", souligne l’écologiste.

Concrètement, les autorités locales entendent offrir deux poules à une vingtaine de ménages etterbeekois. Issus de l’élevage de Cauchie dans le Brabant wallon, les gallinacés seront distribués à la mi-mars, après le recrutement des ménages qui s’opérera fin janvier. Quels seront les critères d’admission ? "Il faut, avant tout, avoir envie d’avoir des poules chez soi et disposer d’un petit bout de terrain de 10 m². Il faut s’engager à s’en occuper et à les soigner pendant au moins deux ans", résume Marie-Rose Geuten.

Ceux qui veulent se prêter au jeu devront également tenir un carnet de bord dans lequel ils inscriront notamment la quantité de déchets donnés aux poules et ce, afin d’estimer le gain en termes de réduction de déchets. Les participants seront aussi des sortes d’ambassadeurs de ce projet qu’ils devront promouvoir auprès de leurs proches.

Un subside régional de 9 000 €

Grâce à un subside régional de 9 000€, la commune assurera un soutien financier et un encadrement tout au long de l’expérience. Des formations seront organisées pour apprendre à monter son poulailler ou pour savoir quels aliments donner aux poules et en quelle quantité. "Si beaucoup de personnes se montrent intéressées, on relancera l’expérience !" , conclut l’échevine.