La Région bruxelloise va créer 80 km de pistes cyclables sécurisées

Entre autres, la Petite Ceinture sera longée par un réseau séparé pour vélos.

Frédéric Chardon
Vélo villo bicyclette mobilité ville trafic circulation route voiture auto roues voie usager faible aménagement écologie environnement
Vélo villo bicyclette mobilité ville trafic circulation route voiture auto roues voie usager faible aménagement écologie environnement ©Jean-Luc Flémal

C’est toute la configuration de la mobilité douce à Bruxelles qui va être bouleversée rapidement par une décision du gouvernement bruxellois : jeudi dernier, le ministre régional de la Mobilité, Pascal Smet (SP.A), a fait approuver par ses collègues les points concrets de la création d’un large réseau 100 % cyclable. La note détaillant l’avenir cycliste de la Région bruxelloise est confidentielle mais "La Libre" a pu se la procurer. Amis du deux-roues, ce qui va suivre risque de vous intéresser…

En effet, de 2016 à 2018, la Région va créer un total de 80 km de nouvelles pistes cyclables séparées et protégées du reste du trafic, des voies rapides pour vélos permettant un déplacement sécurisé. La majeure partie de ces pistes sera isolée physiquement des voitures par des travaux d’infrastructures. Autrement dit, ces voies dédiées aux vélos ne seront pas créées par quelques marques de peinture sur le bitume : il s’agit d’aménager de véritables espaces parallèles aux routes habituelles.

La Petite Ceinture à vélo

Le document concocté par Pascal Smet détaille les zones qui seront concernées par ces aménagements (les priorités ont été définies suite à une vaste étude). Pas assez de place ici pour en donner l’intégralité mais voici quelques grandes lignes. Tout d’abord, l’intégralité de la Petite Ceinture bruxelloise bénéficiera de voiries 100 % cyclables sans que des bandes de circulation ne soient pour autant retirées au trafic voitures : les travaux concerneront les voiries latérales.

Outre la Petite Ceinture, on retrouve parmi les priorités du gouvernement la Route du Canal mais aussi la création d’un RER-Vélo. Sur ce dernier point, Pascal Smet veut créer de véritables autoroutes pour les cyclistes venant de la périphérie bruxelloise au niveau des quatre grandes entrées dans la capitale : nord, sud, est et ouest. La Flandre, dont le territoire ceinture la Région bruxelloise, est évidemment directement concernée par le RER-Vélo. Pour la réalisation de ce réseau ultraperformant pour cyclistes de la périphérie, l’idée retenue est d’utiliser (entre autres) les talus qui bordent les voies ferrées.

Onze ponts et ascenseurs cyclistes

Important : ce projet a été concerté avec les communes concernées. Notamment avec la ville de Bruxelles qui est en plein réaménagement du Pentagone. Des pistes cyclables sont également prévues dans ce projet concernant le centre-ville et elles seront connectées directement avec les 80 km de nouvelles pistes prévues par la Région.

La décision du gouvernement avalise également la construction de onze ponts et ascenseurs spéciaux pour les vélos.

Combien ça coûte ? Actuellement, il s’agit d’une simple estimation : entre 28 et 43 millions pour les pistes cyclables; 12 millions pour les ponts et ascenseurs pour cyclistes (trois ponts sont financés par des fonds européens Feder); entre 4 et 5,5 millions pour les frais d’études du projet. Addition : environ 60 millions d’euros (estimation haute).Frédéric Chardon