Des courses de taxi à moitié prix pour dénoncer la concurrence d'Uber

Les taxis feront uniquement payer à leurs clients les frais liés aux contributions de sécurité sociale, aux impôts et à l'assurance auto.

BELGA
Des courses de taxi à moitié prix pour dénoncer la concurrence d'Uber
©REPORTERS

Les taxis bruxellois entendent dénoncer dimanche par l'action "Votre course à moitié prix" la concurrence qu'ils estiment déloyale de la société de covoiturage urbain Uber. Les taxis feront uniquement payer à leurs clients les frais liés aux contributions de sécurité sociale, aux impôts et à l'assurance auto. Ils veulent ainsi montrer clairement que ces tarifs ne sont pas viables pour un chauffeur, sauf s'il fraude. "Pour envoyer un message fort, nous aurions dû rouler gratuitement. Mais nos chauffeurs ne veulent pas s'abaisser au niveau de nos concurrents déloyaux. Ils doivent et veulent en effet respecter la législation fiscale et sociale", explique Pierre Steenberghen, porte-parole du Groupement national des entreprises de taxis.

"Nous voulons prouver de la sorte qu'avec les prix pratiqués par les services pirates, la profession de chauffeur de taxi n'est pas viable pour ceux qui respectent les règles légales. Ce dimanche, les chauffeurs et leurs employeurs respectifs prendront eux-mêmes à charge tous les autres frais (entretien et maintenance du véhicule, carburant, salaire net, amortissement du véhicule, centrale téléphonique, etc.). Mais il serait impossible d'agir de la sorte chaque jour, sous peine de faillite."

Le secteur des taxis veut également avertir des risques d'une "uberisation" rampante de la société qui, sous couvert d'innovation et d'une fausse "économie de partage", permet de contourner la législation sur le travail, d'éluder l'impôt et de faire fi des règles de qualité et de sécurité.