Bruxelles: les huit réfugiés retranchés sur deux grues y ont passé une deuxième nuit (VIDEO)

Selon leurs sympathisants, il s'agit de personnes présentes sur le territoire belge depuis des années et qui, acculées au désespoir, ont entamé une action plus radicale pour obtenir un titre de séjour qu'ils demandent en vain depuis des années.

Rédaction en ligne

Les huit réfugiés retranchés depuis lundi matin sur deux grues d'un chantier de la porte de Namur à Bruxelles y ont passé leur deuxième nuit consécutive. Une femme enceinte qui se trouve parmi eux nécessitait des soins médicaux mercredi matin mais n'a pas voulu descendre de la grue, si bien que les soins lui ont été prodigués sur cette dernière, a indiqué mercredi la zone de police de Bruxelles Capitale-Ixelles. Lundi, la police indiquait que l'une des grues n'était pas suffisamment stabilisée et pouvait présenter un danger pour les quatre personnes qui s'y sont perchées. De fortes rafales de vent ont en outre soufflé sur la capitale dans la nuit de mardi à mercredi.

Selon des sympathisants qui s'étaient réunis lundi aux abords du chantier du boulevard de la Régence, les huit réfugiés seraient montés vers 04h30 sur les grues. Ils ont fait état de personnes présentes sur le territoire belge depuis des années et qui, acculées au désespoir, ont entamé une action plus radicale pour obtenir un titre de séjour qu'ils demandent en vain depuis des années.

Un négociateur de la police fédérale s'était rendu lundi sur les lieux pour entamer un dialogue avec les huit réfugiés. La police, présente aux abords du chantier du boulevard de la Régence, a pris l'initiative de contacter l'Office des étrangers afin de voir si son directeur général, Freddy Roosemont, était prêt à les rencontrer. Ce dernier a accepté la demande et proposé de rencontrer les réfugiés dans les bureaux de l'Office, ce qu'ils ont refusé.