Le passage pour piétons du tunnel Pachéco totalement à l’abandon

Ce petit épisode du tunnel Pachéco aura aussi souligné de l’imbroglio qui existe trop souvent entre les différents niveaux de pouvoirs bruxellois et la difficulté d’identifier clairement les compétences de chacun.

Le passage pour piétons du tunnel Pachéco totalement à l’abandon
©jc guillaume
N. G.

Ce petit épisode du tunnel Pachéco aura aussi souligné de l’imbroglio qui existe trop souvent entre les différents niveaux de pouvoirs bruxellois et la difficulté d’identifier clairement les compétences de chacun.

Car pour rappel, le tunnel Pachéco ou Saint-Lazare, qui relie le boulevard Saint-Lazare au boulevard Pachéco en passant sous la Petite Ceinture, est à cheval sur les communes de Saint-Josse et de Bruxelles-Ville.

Il semblerait que l’entretien des voiries soit de la compétence des deux communes tandis que l’entretien du tunnel en lui-même serait une compétence régionale car considéré comme un ouvrage faisant partie de la Petite Ceinture. Un beau casse-tête d’autant qu’on ne sait toujours pas qui est le propriétaire de l’ouvrage d’art.

Un autre exemple accentue encore l’imbroglio ambiant. Il existe un passage pour piétons au tunnel Pachéco. Côté Bruxelles-Ville, il débouche sur la Petite Ceinture et son accès est condamné. Côté Saint-Josse, le tunnel est accessible et il dévoile une scène d’apocalypse : poubelles, vieux vêtements, canettes, monceaux de feuilles, excréments… très probablement humains, seringues, etc.

L’endroit qui a visiblement été squatté ne l’est plus, tant il est insalubre. Le tout parfaitement accessible depuis le parc du Botanique fréquenté par de nombreux enfants. Bruxelles Mobilité dit "ne pas avoir de traces du passage dans ses fichiers. A priori, ce sont les deux communes qui sont responsables du passage" , s’avance Camille Thiry, porte-parole de Bruxelles Mobilité.

Du côté des communes concernées, Saint-Josse et Bruxelles, on semble découvrir l’existence du passage. "L’entretien des murs revient à Bruxelles Mobilité, le sol est de la responsabilité des communes" , explique quant à lui Peter Gorlé, porte-parole de l’échevine de la Mobilité de la Ville de Bruxelles Els Ampe (Open VLD) qui reconnaît que la propreté des lieux est également du ressort des communes.

Quant à Emir Kir (PS), bourgmestre de Saint-Josse, il s’est engagé à prendre contact avec la zone de police pour sécuriser les lieux.