Les familles Roms ne seront pas délogées du Mont des Arts (PHOTOS)

A la veille de la Fête de l'Iris, près de trente personnes, dont 15 enfants, vivent dans six tentes plantées au Mont des Arts. Le Samusocial tente de les convaincre, jusqu'ici sans succès, de se rendre dans un centre d'accueil ouvert à leur intention.

Les familles Roms ne seront pas délogées du Mont des Arts (PHOTOS)
©Demoulin
J. Th.

A la veille de la Fête de l'Iris, près de trente personnes, dont 15 enfants, vivent dans six tentes plantées au Mont des Arts. Le Samusocial tente de les convaincre, jusqu'ici sans succès, de se rendre dans un centre d'accueil ouvert à leur intention.

Plusieurs familles, constituées de plusieurs dizaines de personnes, ont élu domicile, depuis cinq jours, au Mont des Arts. Mises à la rue lundi en raison de la fin du plan hivernal du Samusocial, ces familles, principalement des Roms européens souvent mal considérés dans leur pays d'origine, se sont installées sur ce lieu emblématique de la capitale. "On ne sait pas ce qu’on va faire pour ce soir, où on va manger et dormir. Nous sommes surtout inquiets pour les enfants", expliquait encore lundi Milan Sivak, un père de famille. Sauf qu'entre-temps, le Samusocial a rouvert mercredi un centre d'accueil spécialement à leur intention. Malgré l'ouverture de ce centre, situé boulevard Poincaré, la moitié des familles, soit trente personnes, dont de nombreux enfants, préfèrent actuellement camper sur place. Alors que la Fête de l'Iris débute ce samedi,notamment au Mont des Arts, le cabinet du bourgmestre Yvan Mayeur (PS) a pourtant fait savoir que la force ne serait pas utilisée pour les faire partir. "On tente avec le Samusocial de les convaincre de se rendre au centre, et un nombre croissant d'entre eux quitte les lieux chaque jour. Mais on ne compte les obliger par la force", explique Gail Verhasselt, la porte-parole du bourgmestre.

Les familles Roms ne seront pas délogées du Mont des Arts (PHOTOS)
©Demoulin


Face à la volonté de certaines familles de continuer à camper sur place, le délégué général aux droits de l’enfant Bernard Devos ne cache pas son malaise. "Soyons clairs. Selon moi, la seule solution durable doit être structutrelle. Il s'agit d'une régularisation de ces quelque 300 mêmes familles Roms qui sont à Bruxelles depuis tant d'années. Mais à partir du moment où j'ai milité auprès des autorités pour un dispositif d'urgence en faveur de ces familles et qu'elles n'en profitent pas, je suis mal à l'aise. La place des enfants n'est pas dans la rue. La rue est un monde dangereux pour les enfants. Pour moi, ces familles doivent se rendre au centre d'accueil", explique Bernard Devos. "Pour moi, il faut absolument que ces familles profitent désormais de ce centre ouvert pour elles. Dans un deuxième temps, et je milite, depuis des années, pour cela, il faudrait enfin penser à une solution structurelle. Cela coûterait d'ailleurs peut-être moins cher à l'Etat belge de les régulariser et de leur permettre d'achever leur scolarité plutôt que de dépenser beaucoup d'argent dans des dispositifs d'accueil sur le court terme", ajoute-t-il.

Les familles Roms ne seront pas délogées du Mont des Arts (PHOTOS)
©Demoulin


Si ces familles se sont installées au Mont des Arts et préfèrent désormais y rester, c'est parce qu'elles y ont été encouragées par plusieurs citoyens engagés, ont constaté plusieurs personnes proches du dossier. Or si les intentions sont louables - attirer l'attention des médias en poussant les Roms à s'installer sur un lieu à la grande visibilité médiatique -, leur maintien dans la rue pourrait finalement mettre ces Roms en danger. "Ce mouvement citoyen risque de s'essoufler et ils pourraient donc manquer d'aide à terme. C'est pour les enfants que cela peut poser problème", nous dit-on. De son côté, Françoise, une des citoyennes investies dans la création du camp, explique qu'il n'est pas question que les familles Roms quittent le Mont des Arts "Ils mangeaient mal dans le centre du Samusocial et devaient partir tôt chaque matin. Ici, au camp, les enfants mangent mieux et on pourra faire avancer leur cause grâce aux médias", insiste-t-elle.

Les familles Roms ne seront pas délogées du Mont des Arts (PHOTOS)
©Demoulin