La fermeture du tunnel Stéphanie causée par le développement imprévu de poussières

Il a assuré que les travaux respectaient le calendrier établi et que le tunnel rouvrirait entièrement fin août "sauf imprévus majeurs".

La fermeture du tunnel Stéphanie causée par le développement imprévu de poussières
©photo news
BELGA

La fermeture du tunnel Stéphanie, dimanche soir et lundi, a été causée par le développement imprévu d'importantes poussières pendant la phase de sablage effectuée dans la partie fermée du tunnel, a indiqué mardi le ministre bruxellois de la Mobilité, Pascal Smet, devant le Parlement régional.

Il a assuré que les travaux respectaient le calendrier établi et que le tunnel rouvrirait entièrement fin août "sauf imprévus majeurs". Pascal Smet a ajouté que l'entrepreneur avait pris ses précautions pendant la phase de sablage. Des cloisons antipoussière supplémentaires ont été érigées et les locaux techniques ont été fermés avec de la mousse. Mais le dégagement a été plus important que prévu et les poussières se sont tout de même infiltrées dans la partie du tunnel qui était encore ouverte à la circulation et dans les locaux techniques. L'alarme incendie s'est ainsi mise en route, a expliqué le ministre en réponse aux questions de Vincent De Wolf (MR), Cieltje Van Achter (N-VA) et Stefan Cornelis (Open Vld).

Le tunnel a ensuite été fermé afin d'examiner s'il s'agissait d'un feu ou si l'alarme s'était enclenchée à cause de la poussière. Ce contrôle a été difficile en raison de la mauvaise visibilité. Le système de ventilation n'a pas permis de dégager la poussière, a précisé Pascal Smet. Lundi matin, une réunion a eu lieu entre Bruxelles Mobilité et l'entrepreneur. "L'état des tunnels n'est pas bon; il persiste donc un risque de fermeture, principalement à l'endroit où sont menés les travaux."

Pascal Smet a en outre estimé que la communication sur l'incident avait été bonne, ce qui a été contredit par Cieltje Van Achter.

Sur le même sujet