Plus d’un millier de plaintes pour logements non conformes à Bruxelles: Le PTB s'en mêle

Une spectaculaire explosion a fait sept blessés, selon le dernier bilan, hier à Saint-Gilles, chaussée de Waterloo. On dénombre trois blessés graves dont deux enfants âgés de 15 et 2 ans.
Une spectaculaire explosion a fait sept blessés, selon le dernier bilan, hier à Saint-Gilles, chaussée de Waterloo. On dénombre trois blessés graves dont deux enfants âgés de 15 et 2 ans. ©© Bernard Demoulin
A. F.

Le PTB souhaite renforcer les contrôles des installations de gaz et d’électricité pour éviter de revivre les drames de cette année.

Ce début d’année 2017 a été marqué par plusieurs incidents tragiques survenus en Région bruxelloise. En cause, une non conformité de logements en matière de sécurité, de salubrité et d’équipements. Le 17 janvier, deux personnes ont péri dans l’incendie de la rue Séverin à Schaerbeek, un homme est décédé à Saint-Gilles le 18 mars dans l’explosion de gaz qui a soufflé un bâtiment de la chaussée de Waterloo et un mort ainsi qu’un blessé sont à déplorer dans l’explosion de gaz survenue à Berchem-Sainte-Agathe le 25 mars dernier.

Une situation qui fait réagir le PTB. "Si un logement ne respecte pas les conditions minimales de sécurité, de salubrité et d’équipement élémentaire (humidité prononcée, pas d’éclairage naturel, pas de chauffage, pas d’eau chaude, etc.) le locataire a la possibilité de faire appel à la Direction de l’Inspection régionale du logement (DIRL, NdlR) qui procède alors à des enquêtes", explique Claire Geraets, députée PTB, qui a voulu connaître le nombre de plaintes introduites auprès de la DIRL ces trois dernières années.

De son côté, Céline Fremault (cdH), ministre bruxelloise du Logement, explique que 1 585 plaintes ont été enregistrées entre le 1er janvier 2014 et le 22 mars 2017. "En 2014, 466 plaintes ont été enregistrées, 499 en 2015, 456 en 2016 et 164 cette année. Sur cette période, 89 % des plaintes ont été introduites par des locataires, 9 % par des communes et le reste par des ASBL agréées", explique la ministre en réponse à la question écrite.

1 421 plaintes adressées à la Région en deux ans

Entre 2014 et 2016, ce sont donc 1 421 plaintes qui ont été adressées à la DIRL et qui ont débouché sur 908 mises en demeure. Pour cette période, 424 logements ont été remis aux normes après une mise en demeure et 334 logements après une interdiction à la location, soit un total de 758 logements. Il ne faut cependant pas considérer que 908 mises en demeure ont débouché sur 424 mises en conformité, les mises en demeure de 2016 ne pouvant aboutir qu’en 2017 au plus tôt. Toujours pour la période 2014-2016, le montant total des amendes perçues s’élève à plus de 1,5 million d’euros. Enfin, 212 ménages ont bénéficié de l’aide au logement.

Les plaintes les plus fréquentes sont relatives à la non conformité des installations électriques (15 %) et de gaz (13 %, avec des risques d’intoxication au monoxyde de carbone), et ensuite à l’éclairage, la ventilation et l’humidité.

Enfin, Claire Geraets s’étonne du fait que la seule obligation de contrôle des installations de gaz s’effectue lors de l’ouverture du compteur. "Cela signifie qu’il n’y a aucun contrôle lorsque l’on passe d’un locataire à un autre", explique la députée qui souhaite voir plus d’inspecteurs au sein de la DIRL pour renforcer les contrôles (voir par ailleurs).