Frinder, l’application mobile entend lutter contre le gaspillage

Sarah Nuyens
appli frinder av louise sart up
appli frinder av louise sart up ©Bauweraerts Didier

Frinder permet le partage alimentaire

Renforcer la cohésion sociale dans les quartiers et limiter le gaspillage alimentaire, tels sont les deux objectifs que se sont fixés les créateurs de l’application Frinder, à savoir Julien, Caroline, Alexandre et Sebastiaan. Cette application mobile et géolocalisée, qui sera développée au cours de l’été, proposera du partage alimentaire entre voisins à Bruxelles.

Concrètement, n’importe quel Bruxellois qui dispose d’un aliment, se trouvant dans son frigo ou non et dont il n’a plus l’utilité, pourra le donner gratuitement à un autre citoyen en passant par cette interface. Pour ce faire, il devra poster une photo de l’aliment sur son compte.

Progression en deux temps

"Les utilisateurs de l’application pourront se noter entre eux afin d’éviter que des personnes ne donnent des aliments mauvais. Si cela se reproduit plusieurs fois, la personne sera exclue de l’application", explique Julien Decuyper.

Si, dans un premier temps, l’application ne sera ouverte qu’aux citoyens lambda, les entrepreneurs envisagent de développer une version premium. "Elle sera destinée à l’Horeca, aux traiteurs, aux épiceries, etc., qui pourront vendre leurs invendus à prix cassés. Cela permet d’éviter le gaspillage et de donner une seconde vie aux aliments. A plus long terme, on aimerait discuter du projet aussi avec de grandes enseignes alimentaires", ajoute Julien.

Mise en ligne dans quelques mois

Bien qu’il faille encore attendre quelques mois avant la mise en ligne du logiciel, deux projets pilotes permettront déjà de sensibiliser au préalable les citoyens. "Nous avons un premier projet pilote qui commence à la mi-juin. C’est un concours organisé entre différentes entreprises. L’objectif est de faire en sorte que chaque entreprise gaspille le moins possible. Pour cela, les employés recevront des stickers qu’ils pourront coller sur leurs aliments qu’ils souhaitent donner à leurs collègues. La personne qui réceptionne l’aliment devra déposer le sticker dans une boîte. Au final, l’entreprise qui rassemblera le plus de stickers gagnera le concours", détaille Julien. Les développeurs s’engagent alors à organiser un afterwork pour les employés de l’entreprise gagnante. Le coût du développement de l’application est évalué entre 15 000 et 20 000 €. Si le projet venait à se développer hors Bruxelles et de manière plus approfondie, celui-ci pourrait s’élever à plus de 100 000 €. C’est pourquoi les quatre développeurs ont tenté leur chance en prenant part à un appel à projets lancé par l’organisme régional Impulse. brussels en mars denier avec 80 000 € à la clé.