De l'amiante dans les tunnels du métro de la Stib

Des agents de la Stib remettent en question l'attitude de leur employeur face à cette situation.

De l'amiante dans les tunnels du métro de la Stib
© BELGA
S.E.M

Des agents de la Stib remettent en question l'attitude de leur employeur face à cette situation.

De nombreux agents de la Stib dénoncent la présence d'amiante dans les tunnels du métro bruxellois et l'attitude de leur employeur face à cette situation, annonce La Capitale. La société de transport ne serait pas transparente quant aux endroits exacts concernés par la présence de matériaux en amiante.

"En octobre dernier, suite à l’intervention de l’un des nôtres, qui s’inquiétait de voir l’état de détérioration d’une canalisation d’eau en amiante de la station Simonis, un expert est descendu sur place et il a décidé qu’il fallait faire procéder à l’encapsulage de cette conduite pour éviter que de l’amiante ne puisse se répandre dans l’air qu’on respire", expliquent des agents de maintenance préférant rester anonymes.

Selon eux, la Stib n'a précisé la présence de ces matériaux qu'à deux endroits du réseaux : deux canalisations d'eau à Simonis et un plafond de soixante mètres de long sur ving mètres de larges dans le tunnel entre Porte de Namur et Louise. "La Stib y a uniquement apposé le pictogramme informatif officiel en langue néerlandophone alors que la majorité d’entre nous ne parlent pas couramment le néerlandais et qu’il y a plein de sous-traitants qui interviennent à ces endroits et sont français ou ne parlent carrément pas du tout ni le français ni le néerlandais."

De son côté, la Stib précise que les autocollants indiquent "asbest", un terme également utilisé en français pour désigner l'amiante. "L'autocollant en néerlandais a été doublé d'un autocollant en français quelques jours plus tard. Entre-temps, le tuyau a été placé dans un coffrage ce qui ne nécessitait plus d'y apposer un autocollant ni en français ni en néerlandais", précise la porte-parole de la Stib Françoise Ledune.

La société de transport tient en outre à rassurer ses utilisateurs : la situation ne comporte aucun risque pour leur santé. "La présence d'amiante à certains endroits du réseau est connue depuis des années et on fait ce qu'il faut pour assurer la sécurité des gens, notamment via un programme d'enlèvement systématique sur cinq ans. Le cas mentionné concerne un faux-plafond, il n'y a aucun risque que l'amiante se disperse dans l'air. La situation est complètement stable et vérifiée par une firme agréée."