Coup d'envoi des rénovations de la Bourse de Bruxelles en vue du "Belgian Beer World"

Les travaux de la Bourse de Bruxelles ont officiellement été lancés mercredi.

Coup d'envoi des rénovations de la Bourse de Bruxelles en vue du "Belgian Beer World"
©DIDIER BAUWERAERTS
BELGA

Les travaux de la Bourse de Bruxelles ont officiellement été lancés mercredi.

Ce lieu iconique de la capitale est destiné à devenir un pôle d'attraction culturel centré sur le 'Belgian Beer World', un espace consacré à la culture brassicole belge. L'endroit devrait être rendu accessible au public à compter du printemps 2023. Si de petits travaux de démontage ont déjà commencé début février, la rénovation proprement dite débutera à l'été 2020.

Le futur 'Belgian Beer World', où seront rassemblées une centaine de brasseries, occupera les deux étages supérieurs du bâtiment de la Bourse. Un accès sera créé par le niveau -1 au site archéologique Bruxella 1238. Des corbeilles avec des fonds en verre seront par ailleurs posées en voirie pour permettre aux passants d'admirer les vestiges conservés depuis la rue.

Une galerie traversante - qui accueillera un restaurant, des commerces ou encore des espaces d'exposition - sera accessible gratuitement au public au rez-de-chaussée et différents accès seront créés vers l'extérieur. Le coin du bâtiment donnant sur l'impasse Saint-Nicolas a finalement été préservé et la largeur de cette entrée équipée d'ascenseurs revue à la baisse. Les anciens accès sur les rues Henri Maus et de la Bourse seront aussi rouverts. La terrasse avec une vue panoramique sera accessible au public gratuitement par les ascenseurs. Seul son bar restera réservé aux visiteurs du 'Belgian Beer World' pendant les heures d'ouverture du parcours de la bière.

La Ville de Bruxelles a racheté le contrat de bail de la Bourse, il y a près de dix ans, pour la somme de 4,7 millions d'euros. Tous les niveaux de pouvoirs sont impliqués dans le financement du projet actuel de rénovation et réaffectation, à commencer par la commune mais la Région figure aussi dans l'opération. Des discussions sont encore en cours avec Beliris pour le niveau fédéral. Le coût du projet s'élève à environ 36 millions d'euros hors TVA, dont sept millions d'euros amenés par le fonds européen de développement régional FEDER et cinq millions par des brasseurs privés.

"La gestion du bâtiment sera confiée à terme, d'ici juin, à une régie autonome", a fait savoir l'échevin bruxellois du Patrimoine public, Khalid Zian. Le bâtiment restera par contre de la propriété de la Ville.

"C'est la première fois de son histoire que les 12.000 m2 de la Bourse vont être exploités", s'est réjoui le bourgmestre de la Ville de Bruxelles, Philippe Close. "Ce sera un bâtiment traversant connecté à l'ensemble du quartier".

La Ville espère y attirer quelque 300.000 visiteurs par an.

"Ce projet va renforcer l'attractivité de Bruxelles, en tant que centre touristique", a affirmé le ministre-président bruxellois, Rudi Vervoort. "On s'était fixé l'objectif d'atteindre 10 millions de nuitées à Bruxelles en 2020. Malgré les moments difficiles après les attentats, la Ville et la Région ont soutenu le secteur hôtelier et on a atteint les 9,4 millions de nuitées en 2019", a-t-il poursuivi.

Environ 40 emplois devraient être créés à terme.

Au niveau énergétique, le système de pompes à chaleur à gaz installé dans la Bourse a été conçu pour permettre une évolution dans son usage. La possibilité a été gardée d'utiliser la chaleur résiduelle des égouts, selon les avancées du projet de riothermie mené par Vivaqua, la compagnie intercommunale bruxelloise des eaux. Un très grand collecteur d'égouts, lié à une ancienne déviation de la Senne, est en effet situé à proximité de la Bourse.