Schaerbeek: Bernard Clerfayt confirme que le MR ne rejoindra pas la majorité

Le ministre bruxellois de l'Emploi, Bernard Clerfayt (DéFI), bourgmestre en titre de Schaerbeek, mais actuellement en congé de cette fonction, a confirmé mercredi que le MR ne rejoindrait pas la majorité Liste du Bourgmestre-Ecolo-Groen.

BELGA
Schaerbeek: Bernard Clerfayt confirme que le MR ne rejoindra pas la majorité
©BELGA

Il a par ailleurs annoncé que la Liste du bourgmestre proposait Quentin van den Hove (Open Vld) comme échevin en remplacement de Sadik Koksal. De son côté, le chef du goupe MR démissionnaire, Georges Verzin, est revenu sur les circonstances de son départ de la formation libérale, et notamment sur l'Assemblée Générale de la section locale gonflée selon lui artificiellement pour l'écarter du poste d'échevin que le MR eût pu revendiquer en cas d'aboutissement des négociations avec la Liste du Bourgmestre.

"Ce mardi 20 octobre, David Leisther, président du MR bruxellois, a informé Bernard Clerfayt que le MR n'était pas parvenu a dégagé un consensus en son sein sur les éléments de l'accord: engagement sur la durabilité de l'accord pour les communales de 2024, respect de l'accord de majorité, passage des trois représentants schaerbeekois MR (deux au conseil et un au CPAS) sur la Liste du Bourgmestre. Il ne rejoindra donc pas la Liste du bourgmestre malgré l'accord conclu en février dernier entre Bernard Clerfayt et Georges-Louis Bouchez", a affirmé Bernard Cerfayt, mercredi, par voie de communiqué.

La Liste du bourgmestre propose donc Quentin van den Hove comme échevin en remplacement de Sadik Koksal. Président de l'Open VLD de Schaerbeek depuis 2007, Quentin van den Hove est conseiller communal depuis 2012 et a été élu sur la liste du bourgmestre lors des dernières élections communales.

Par ailleurs, le chef du groupe MR, Georges Verzin, démissionnaire, est revenu en détail sur les circonstances de son départ du Mouvement Réformateur.

"Je refuse qu'un président sans foi ni loi, opportuniste de droite et conservateur, lance une OPA hostile sur Schaerbeek", a-t-il commenté jeudi, estimant que l'échec des négociations avec Bernard Clerfayt est dû "au refus de Georges-Louis Bouchez et de David Leisterh (ndlr: président de la régionale du MR) de s'engager formellement dès à présent à faire figurer le MR sur la liste du Bourgmestre en 2024, première condition sine qua non posée par Bernard Clerfayt".

Selon M. Verzin, "la prise de contrôle de la section MR de Schaerbeek par Georges-Louis Bouchez, depuis le début 2020 avec le soutien du président local Yvan de Beauffort, vise, après son échec aux communales 2018 à Mons, et le rejet dont il est l'objet de la part des barons wallons, à prendre la tête du MR schaerbeekois lors des élections communales de 2024, éjecter bernard Clerfayt du maiorat, et, par suite éliminer DéFI de la scène politique bruxelloise".

Toujours d'après Georges Verzin, l'assemblée générale du 14 janvier dernier dont le vote l'a mis à l'écart du processus de négociation en cours avec Bernard Clerfayt et d'une possible accession à un siège d'échevin a été "artificiellement gonflée par le président du MR et le président local depuis des mois et dans le plus grand secret", via des doubles affiliations de dizaines de membres venus d'autres sections, convoqués en masse le jour J". "Il est tout sauf anodin que parmi ces membres doublement affilés, on retrouve Boris DIlliès, bourgmestre d'Uccle, la députée Clémentine Barzin, le chef de file everois et premier suppléant au parlement Régional, Alain Vander Elst et Geoffroy Coomans de Brachène, député régional et conseiller communal bruxellois tout comme Céline Vivier", a-t-il dit.

De son côté, estimant urgent pour le MR de s'intéresser à la situation politique de Schaerbeek et de prendre des mesures pour y renforcer sa position, le Rassemblement des Libéraux Progessistes s'est adressé à la commission de conciliation et d'arbitrage du parti, pour faire part de sa "vive inquiétude des pratiques d'affiliations +massives+ qui nous ont été rapportées et qui auraient eu pour but de gonfler le nombre de membres en vue d'une récente assemblée générale. Après avoir végété longuement à +/-140 membres, la section serait passée soudainement à 281 membres en quelques semaines par le biais notamment de doubles affiliations", a-t-elle fait valoir mercredi dans un communiqué.