Dans le quartier Esseghem, à Jette, au lendemain de l'agression du député N-VA : "Il y a peu, j'ai vu un ado se faire tabasser à coups de marteau"

Les habitants du quartier où a été agressé le député bruxellois N-VA Mathias Vanden Borre mardi reconnaissent un problème de délinquance. Reportage.

Jennifer Bodereau
Dans le quartier Esseghem, à Jette, au lendemain de l'agression du député N-VA : "Il y a peu, j'ai vu un ado se faire tabasser à coups de marteau"
©J.BO

Ce mercredi midi, sur le nouveau parvis du quartier Esseghem, à Jette, la quiétude d'une journée ensoleillée règne. Les personnes âgées profitent du soleil sur les bancs et discutent entre elles, les parents rentrent avec leurs enfants de l'école. Cela détonne avec les images diffusées par Mathias Vanden Borre sur son compte Twitter hier mardi. En fin d'après-midi, le député bruxellois N-VA a été agressé par un groupe de jeunes au même endroit alors qu'il se baladait dans le quartier. Il a été frappé et est en incapacité de travail pour trois jours. Reportage dans un quartier où les faits de délinquance sont récurrents. Annie attend sur le trottoir le bus scolaire qui ramène sa fille. "Cela fait huit ans que je vis ici. Ce n'est pas mal. C'est mieux que là où je vivais avant à Ganshoren. Après, ça dépend des quartiers. Il y a beaucoup de jeunes qui traînent dans la rue. Tous les jours, la police vient. Cette agression ne m'étonne pas. Il y a trop de délinquants ici".

Pour accéder à cet article, veuillez vous connecter au réseau internet.
Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...