Le Bois de la Cambre : artère de circulation ou parc ? La VUB fait le point

Les gens qui habitent le centre de Bruxelles et qui ont moins d’accès à des jardins privés souhaitent que le parc soit inaccessible à la circulation tandis que les personnes plus âgées et les automobilistes quotidiens souhaitent que l’entièreté du parc soit accessible à la circulation

Le Bois de la Cambre : artère de circulation ou parc ? La VUB fait le point
©Demoulin
A. F.

Entre la périphérie et le centre, les divergences subsistent quant à l’avenir de la circulation dans le bois de la Cambre. Une étude réalisée par des chercheuses et chercheurs de l'ULB et de la VUB fait le point.

Depuis plusieurs mois, la circulation dans le Bois de la Cambre à Bruxelles fait l’objet de vives discussions à Bruxelles. Doit-il être ouvert ou bien fermé à la circulation ? Afin d'étayer le débat, des chercheurs de l’ULB et de la VUB, en collaboration avec le Brussels Studies Institute (BSI), ont réalisé une enquête sur les souhaits quant à l’usage du bois. Dans l’ensemble, les chercheurs et chercheuses ont pu montrer que la situation personnelle des répondants (la situation familiale, les lieux de vie et de travail, les pratiques de mobilité en ville et l’accès aux espaces verts) était un indicateur de leurs souhaits.

"Les résultats démontrent que les gens qui habitent le centre de Bruxelles et qui ont moins d’accès à des jardins privés souhaitent que le parc soit inaccessible à la circulation tandis que les personnes plus âgées et les automobilistes quotidiens souhaitent que l’entièreté du parc soit accessible à la circulation", souligne Nicola da Schio, coordinateur de l’étude.

Une étude a été réalisée pour analyser les préférences concernant les aménagements à apporter au bois de la Cambre. L’enquête contenait des questions sur l’usage actuel, les souhaits pour le futur, les pratiques de mobilité, les contextes de vie et de travail et l’utilisation d’espaces verts. Le sondage a été mené entre le 27 novembre et le 7 décembre 2020. Suite à un nettoyage approfondi des données, les chercheurs se sont mis au travail avec une base de données de 7.252 réponses valides.

Les résultats ont été présentés vendredi auprès des représentants des communes et de la région, visant à clarifier quels groupes profiteraient ou bien perdraient probablement des décisions potentielles par rapport au parc.

"Nous espérons que cette étude apportera plus de nuance dans le débat. Nous avons pu démontrer que les contextes de vie, de travail, la dépendance aux moyens de transport et l’accès aux espaces verts jouent un rôle clé. La décision sur l’avenir du Bois de la Cambre ne peut que faire partie d’une discussion et d’une étude plus large sur l’approvisionnement des espaces verts et la mobilité en ville", conclut Nicola da Shio.

Sur le même sujet