La première commune bruxelloise à avoir imposé le port du masque est désormais la première à lever complètement la mesure: "Il n'y aura plus de zone où il est obligatoire"

À Etterbeek, il ne faudra plus porter de masque à l'extérieur.

La première commune bruxelloise à avoir imposé le port du masque est désormais la première à lever complètement la mesure: "Il n'y aura plus de zone où il est obligatoire"
©ENNIO CAMERIERE
M.R.

La situation continue à évoluer favorablement en Belgique. Tous les indicateurs sont à la baisse depuis plusieurs semaines. Des tendances qui ont permis au Comité de concertation de ce vendredi 4 juin d'acter la suite du déconfinement. Dès ce mercredi, de nombreux assouplissements entreront en vigueur. La région bruxelloise a annoncé, ce lundi 7 juin, un changement de taille pour la capitale: le port du masque ne sera plus obligatoire partout. Le ministre-président bruxellois Rudi Vervoort (PS) et les 19 bourgmestres ont décidé de lever cette mesure contraignante et de laisser l'opportunité à chaque commune de déterminer les zones denses où la protection buccale devrait être imposée.

Si l'on ne sait pas encore exactement ce qu'il en sera pour chaque commune, le bourgmestre d'Etterbeek Vincent De Wolf (MR) a déjà indiqué qu'il lèverait entièrement l'obligation. "Pour Etterbeek, il n'y aura plus de zones où le masque restera obligatoire", a-t-il écrit sur Twitter.



Le mayeur libéral avait pourtant été le premier bourgmestre bruxellois à imposer le port du masque, dans sa commune en mai 2020, dans les lieux publics où le maintien d'une distance de 1,5 mètre entre les personnes était difficile à respecter. Il s'était ainsi attiré les foudres de son homologue de Woluwe-Saint-Lambert, Olivier Maingain (DéFi), qui avait dénoncé un "arrêté panique assez grotesque". 

Sur le même sujet