Alain Maron avance un plan pour réformer l'agence Bruxelles Propreté

Une vision de la gestion des déchets à l'horizon 2030; une réforme des structures de l'agence Bruxelles Propreté et des collectes d'immondices dans la capitale: tels sont les principaux axes du plan de redéploiement de l'ABP que le ministre bruxellois de l'Environnement Alain Maron a présenté mercredi aux membres de la commission de l'Environnement du parlement bruxellois.

Alain Maron avance un plan pour réformer l'agence Bruxelles Propreté
©Pirard Olivier

A un horizon plus rapproché, le ministre a annoncé la mise en oeuvre de plus de 100 mesures/actions d'ici 2023 pour changer la gouvernance, impulser une vision moderne de la gestion des déchets axées sur l'économie circulaire, adapter les collectes et dynamiser l'organisation du nettoyage des voiries.

Ces actions sont réparties, dans le plan, en plusieurs sections: gouvernance, organisation et responsabilité sociétale; métiers de l'Agence (collecte, nettoiement, traitement et valorisation, contrôle, recherche et verbalisation); réorganisation des activités commerciales; support logistique; et actions en matière de support administratif (achats, les ressources humaines, l'IT, finances, communication et support légal).

Il s'agit, plus globalement, a dit le ministre, d'élargir le rôle de l'Agence, jusqu'à présent trop cantonnée à sa mission opérationnelle au jour le jour de récolte des déchets. Celle-ci doit devenir un maillon essentiel du dispositif public censé permettre d'atteindre les objectifs internationaux, européens et régionaux en matière de lutte contre les changements climatiques notamment à travers le déploiement de l'économie circulaire.

La direction générale de l'Agence sera désormais exercée sous mandat de cinq ans renouvelable une fois - ndlr l'actuel directeur général avait un mandat à durée illimitée -. Au terme d'une procédure qui a déjà été lancée, les personnes qui occuperont les postes de directeur ou directrice générale et adjoint(e) devraient entrer en fonction en 2022. Ces personnes seront évaluées à mi-mandat.

Parmi les actions déjà en cours, l'Agence planche déjà sur une adaptation des collectes de déchets pour continuer à réduire la quantité de déchets non-triés collectés dans les sacs blancs. Selon le ministre, c'est ainsi que le tri des déchets organiques (sacs orange) sera obligatoire d'ici la fin de l'année prochaine, avec un an d'avance sur l'instauration d'une obligation européenne en la matière.

En 2020, le gouvernement bruxellois a déjà validé le développement de nouvelles infrastructures à Anderlecht, avec un nouveau Recypark- début du chantier en septembre-, et sur le site BUDA, avec un nouveau secteur, couplé à un nouveau Recypark - les travaux viennent de commencer -. L'ABP a également acquis un terrain à Jette pour y développer un futur Recypark.

Par ailleurs, une réorganisation du nettoiement sera bientôt mise en place afin d'optimiser le fonctionnement du service de nettoyage des voiries qui ne prend pas suffisamment en compte les effets saisonniers. Selon le ministre, les organisations syndicales sont peu favorables à ce changement pourtant nécessaire pour augmenter l'agilité et la présence des ouvriers et ouvrières de propreté public sur le terrain, notamment le week-end.

En commission, la présentation générale d'un plan de redéploiement a été bien accueillie tant dans la majorité que dans l'opposition où l'on souligne que cela fait dix ans que celui-ci était souhaité. Les députés veulent cependant en savoir davantage sur les détails encore manquants d'un plan qui devra encore être peaufiné notamment sur le plan de l'impact financier.

Comme lors de la présentation des rapports d'audit, Alain Maron a souligné que le redéploiement de l'agence irait de pair avec une amélioration de la qualité du service offert sans réduction du personnel.

Le plan ne prévoit nullement, en l'état, de faire payer la collecte des déchets par le contribuable par exemple via une taxe sur les sacs blancs, a souligné le ministre, en réplique à un plaidoyer plus général du MR sur un financement de nouvelles charges financières possibles via le principe du pollueur payeur.

La présentation du plan de redéploiement baptisé "Up" intervient quelques mois après la publication de rapports d'audits parfois peu flatteurs sur la structure, le personnel et la comptabilité analytique de l'ABP. De l'aveu du ministre, il s'inspire des recommandations de ceux-ci qui ont été jugées les plus pertinentes.

L'audit des structures a notamment suggéré de revoir l'organigramme de l'Agence et d'adapter l'organisation des filiales et de travailler à la rédaction d'un plan d'investissement à long terme pour le charroi. L'audit du personnel a pointé une série d'enjeux au niveau de l'organisation du travail opérationnel, de l'évaluation du personnel, de la formation, des accidents de travail et de l'absentéisme.