De l’or et du platine découverts dans l'eau des égouts de Bruxelles

De l’or et du platine découverts dans l'eau des égouts de Bruxelles
©BELGA
S.E.M

Nos eaux usées sont plus riches qu'on ne le croit. C'est en tout cas l'hypothèse soutenue par le projet Sublimus. Ces chercheurs issus de l’ULB, de la VUB et de l’Institut Meurice cherchent depuis mars 2019 à récupérer les particules de métaux nobles, comme l'or, l'argent et le platine, contenues dans les boues résiduaires des stations d'épurations bruxelloises.

Si ces dernières cachent bien des trésors, le postulat de départ des chercheurs a dû être adapté en cours de route. "Au bout d'un an de suivi sur les entrées et sorties de la centrale Bruxelles-Nord à partir d'échantillons, nous avons constaté que les boues résiduaires, que l'on obtient au bout du processus d'oxydation par voie humide (OVH), ne concentraient pas tous les métaux recherchés. L'or, le platine, le cuivre et le nickel restaient en fait dans l'eau de la station, qui agit comme un accumulateur de métaux", raconte Gilles Bruylants, chercheur au Engineering of Molecular NanoSystemset responsable ULB du projet.

Après avoir revu leurs méthodes, les chercheurs ont choisi de se concentrer sur l'extraction de l'or, du cuivre, du nickel et du platine de l'eau issue de l'OVH. Ils cherchent désormais la meilleure méthode pour extraire et purifier les métaux précieux sélectivement. Parmi les options envisagées, l'utilisation de nanoparticules magnétiques. "Le métal est collecté par ces nanoparticules qui peuvent ensuite être simplement séparées du mélange à l'aide d'un aimant."

L'objectif des chercheurs est de collecter environ 10 kg d’or et 1 kg de platine dans les stations d’épuration de la capitale.