La Région bruxelloise reconnaît les pluies du 4 juin comme une calamité naturelle publique

Le gouvernement de la Région de Bruxelles-Capitale reconnaît comme calamité naturelle publique les pluies abondantes du 4 juin dernier, selon l'arrêté y afférent publié ce jeudi au moniteur belge.

La Région bruxelloise reconnaît les pluies du 4 juin comme une calamité naturelle publique
© Shutterstock
Belga

Cette initiative venue du ministre-président du gouvernement bruxellois Rudi Vervoort (PS), à la demande des bourgmestres, permettra aux sinistrés de bénéficier d'aides à la réparation accordées par la Région. Ils doivent introduire leurs demandes au plus tard le dernier jour du troisième mois qui suit le mois au cours duquel l'arrêté régional a été publié au moniteur belge, soir d'ici le 30 novembre. Au terme de cette période, l'administration analysera les demandes, puis fixera les montants des aides.

Depuis la loi du 17 septembre 2005, qui modifie celle du 25 juin 1992 en ce qui concerne les catastrophes naturelles, les dommages causés par les pluies abondantes, les débordements d'égouts, les inondations, les tremblements de terre ou encore les glissements de terrain sont prioritairement pris en charge par les assurances. La Région de Bruxelles-Capitale intervient en second plan pour une aide à la réparation en matière de calamité publique.

"Ce que nous avons vécu le 4 juin dernier, nous a tous pris à la gorge", se remémore Rudi Vervoort. "Il est maintenant important d'aider les victimes le plus vite possible. La reconnaissance des pluies abondantes comme calamité naturelle publique ne sert pas uniquement à reconnaître la souffrance des sinistrés, mais permettra également de leur accorder un soutien financier pour couvrir les dégâts qu'ils ont subi".

Le 4 juin dernier, des pluies abondantes se sont abattues sur une grande partie du territoire de la région. Plusieurs bourgmestres bruxellois ont informé l'administration régionale des dommages causés dans leurs communes. Les dégâts visent essentiellement des biens appartenant à des particuliers, qui ont sollicité l'intervention des services communaux ou des pompiers. Il y avait également des dommages à une voirie communale.

A la suite de la constatation des dommages, les bourgmestres ont demandé au gouvernement régional de reconnaître ces pluies abondantes comme calamité naturelle publique. Interrogé par Bruxelles Pouvoirs Locaux, l'administration servant d'interface entre la Région et les différents pouvoirs locaux, l'Institut Royal de Météorologie (IRM) a conclu que la valeur seuil de 30 mm pour une quantité de précipitations horaire avait largement été dépassée. Sur base de ce rapport, publié le 21 juin, le gouvernement bruxellois a décidé de reconnaître les pluies abondantes du 4 juin comme calamité publique.