Boris Dilliès à propos de la gestion sanitaire : "Arrive un moment où les communes devraient pouvoir décider seules"

Le bourgmestre d'Uccle plaide pour une approche différenciée par commune en fonction du taux vaccinal.

Boris Dilliès à propos de la gestion sanitaire : "Arrive un moment où les communes devraient pouvoir décider seules"
©DEMOULIN BERNARD
Ro.Ma.

Vendredi dernier, le comité de concertation a annoncé une série d’assouplissements… sauf à Bruxelles, notamment en raison du retard vaccinal de la capitale. Ce dimanche, la Région bruxelloise enregistrait en effet un taux de 60% de personnes de plus de 18 ans entièrement vaccinées, contre 88% en Flandre et 77% en Wallonie.

Cependant, les disparités entre communes bruxelloises sont parfois considérables. À Woluwe-Saint-Pierre, 75% des plus de 18 ans sont désormais entièrement vaccinés, contre 48% à Saint-Josse et Molenbeek. Une situation qui fait notamment réagir le bourgmestre d'Uccle, une des communes avec le plus haut taux de vaccination de la Région.

Le bourgmestre Boris Dilliès (MR) déplore en effet le fait que ses citoyens doivent subir l'absence d'assouplissement des mesures, et réclame plus d'autonomie communale. "Pour les Ucclois, frontaliers de la Flandre, où la population solidaire et raisonnable accepte largement de se faire vacciner, faire partie de la région de Bruxelles n'est pas un plus. Je n'ai jamais été sous-municipaliste mais arrive un moment où les communes devraient pouvoir décider seules", a déclaré le libéral sur Twitter.

Dans une interview accordée à BX1, le mayeur plaide pour une approche différenciée par commune en fonction du taux vaccinal : "Je ne souhaite pas tirer sur l'ambulance, mais c'est une erreur de la Région d'appliquer une même politique et les mêmes outils aux dix-neuf communes : les chiffres parlent d'eux-mêmes. Je reste partisan d'une solidarité, mais il faut de la cohérence, et que chaque bourgmestre prenne ses responsabilités. Moi, j'ai un taux de vaccination excellent, et cela va devenir insupportable de se retrouver avec des mesures différentes de la Flandre, alors que nous sommes frontaliers de moins d'un kilomètre".