Fraude à la vaccination de la part d'un employé bruxellois: "C'est absolument inacceptable et cela peut mettre en danger les gens concernés"

Après avoir découvert les faits, la Cocom a immédiatement licencié cette personne et a entrepris des poursuites judiciaires.

Fraude à la vaccination de la part d'un employé bruxellois: "C'est absolument inacceptable et cela peut mettre en danger les gens concernés"
©JC Guillaume

Les faits se sont produits samedi dernier. Un employé administratif bruxellois a inscrit les noms de quelques connaissances dans le système d'enregistrement de vaccination Vaccinnet, alors que ces personnes n'étaient pas vaccinées. Ce serait la première fois qu'une telle pratique se produit selon la COCOM et cela s'est d'ailleurs produit dans le cadre de l'opération "vaccibus".

Pour booster la campagne de vaccination contre le Covid-19, la Région bruxelloise a en effet opté pour le passage du vacci-bus dans plusieurs communes. Mise au courant des faits, la Cocom a décidé de licencier immédiatement cette personne et a entrepris des poursuites judiciaires. Une faute professionnelle qui peut également avoir de lourdes conséquences en matière de santé publique. "Il s'agissait seulement de quelques personnes inscrites mais sur le principe, c'est absolument inacceptable et cela peut mettre en danger les gens concernés, c'est une grave menace pour la santé publique de manière générale", souligne Fatima Boudjaoui, porte-parole de la COCOM.

Fort heureusement, le système mis en place a très vite permis de détecter cette fraude. "Heureusement, cela signifie que notre système fonctionne et la procèdure en place nous a vite indiqué ce problème même si cela reste intolérable", poursuit-elle.

La Cocom souligne par ailleurs que cet acte peut coûter des vies. Une fausse déclaration peut en effet mener à minimiser des symptômes du COVID 19, avec un retard de diagnostic et de prise en charge ou une prise en charge inadéquate ou aussi à une erreur dans la prise en charge en termes de quarantaine et d'isolement avec potentiellement une contamination de personnes vulnérables. "À plus large échelle, une fausse déclaration peut conduire à des incohérences dans le suivi de la vaccination, de son efficacité et de ses effets secondaires, biaisant ainsi l'analyse de la situation de la santé publique", conclut Fatima Boudjaoui.